AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Driiiiing ! |Pleine lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Driiiiing ! |Pleine lune   Dim 20 Juin - 18:36

La nuit tombait. Yamari avait mal pour elle. Quel destin affreux ! Naître chaque soir dans la douleur. Les êtres humains avaient la chance de ne subir ça qu'une seule fois dans leur vie. Yamari ne se considérait qu'à peine comme être humain. Un homme pouvait-il naître plus d'une fois ? 'C'est un nouveau départ, une renaissance !' lui avait-on dit alors qu'il franchissait les portes du bâtiment de l'accueil de l'asile.

Il regarda à nouveau, une énième fois l'adresse indiquée sur son papier. L'encre s'effaçait sous la sueur de son angoisse. N'allait-il pas déranger ? N'allait-il pas être encombrant ? Et si jamais il faisait une rechute ? Si à nouveau ces insectes réapparaissaient devant ses yeux ? N'embêterait-il pas les habitants de cette maison.

Enfin... Maison. Le mot était aussi faible que la surface désignée était grande. Yamari avait vécu les quatre dernières années de sa vie dans neuf mètres carrés. Les précédentes avaient été à peine mieux loties. Ce bâtiment là ne semblait pas tant une maison qu'un palace ou un hangar à A380. Il faudrait bien qu'il sonne à un moment ou à un autre. Surtout que son sac avec ses quelques vêtements de rechange commençait à lui penser sur l'épaule.

Les lumières des lampadaires s'allumèrent, éveillant un nouveau doute. Est-ce qu'il n'était pas trop tard pour venir s'inviter chez des inconnus ? Ce n'était pas très poli. Yamari fit demi-tour, repartit sur quelques pas, s'arrêta un instant, regarda à nouveau son papier, eut une moue gênée sur son visage puis revint là où il avait stationné le quart d'heure précédent : devant la porte à côté de l'entrée du garage. Son bras se leva pour appuyer sur la sonnette puis retomba sans avoir actionné une quelconque machinerie pour signaler sa présence.

Il leva les yeux sur la maison et croisa le regard d'une fillette. Dans un bond, il se plaqua contre la porte hors de la vue de l'habitante. La porte était encore chaud d'avoir emmagasiné la chaleur de la journée. Dans un faible sourire, il se blottit un peu plus. La veste que l'état lui avait offerte pour sa sortie de l'hôpital n'était pas de la meilleure qualité. Il se sentait un peu revigoré par cette chaleur. Il ferma les yeux, appréciant tout simplement la température et les vrombissements des moteurs automobiles au loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Dim 20 Juin - 20:51

Ah...Le bonheur de la maison. Tout est si calme...On entendrait presque une mouche voler dans cette jolie et grande villa....

"ASAHIII !!! REND-MOI MON MAQUILLAGE SALE GOSSE !!!"

J'ai bien dit "presque". Voyez-vous, le bordel international se déroulait actuellement dans une villa de l'arrondissement de Taitô. On y trouvait une jeune femme courant après un enfant aux cheveux blonds et hurlant. On entendait du piano depuis un coin du salon, deux enfants à son sein...l'un semblant guider l'autre.
Une petite prés de la fenêtre qui dessinait. De probable jumeau, au vu de leur ressemblance, faisant un magnifique monopoly avec un jeune homme aux cheveux blanc...et se disputant avec le dit jeune homme comme quoi il y aurait tricherie...


"JUN !
- T'a pas honte grand-frère ?
- Mais de quoi ?
- Cet hôtel n'était pas là !
- Luka a raison !
- Mais puisque je vous dit qu'il était là !!!
- Non !
- Si !
- Non !
- Si !"


Là, une autre voix se fit entendre...et un bruit comme si on déboulait d'un escalier se fit entendre...suivit d'un hurlement :

"HINOIRI ! REND-MOI MES GANTS DE BOXE MORVEUX OU JE T'EXPLOSES ET TE FAIT BOUFFER TON GANT DE BASEBALL A LA CON !"

Un rire et rapidement...Un blondinet de 18 ans rejoint une jeune femme de 19 ans pour poursuivre deux terreurs de 4 ans.
Au niveau de la cuisine, un jeune homme regardait un anime de manga nommé "Kamen Rider" et un autre semblait plonger dans la magnificence de sa Nintendo DS lite.


"MAIS FERMEZ-LA ! ON S'ENTEND MÊME PLUS JOUER !!!!" hurla le jeune aux cheveux bleu assit au piano...la petite fille à coté de lui commençant à pleurer...de part le trop de bruit et la peur qui cela lui occasionne.

Les parents de ce beau monde ? Et bien...En plein milieu de cette cacophonie ambiante, de ce bin'z incommensurable, se trouvait Shigo Kyoshin...Le père de cette fratrie incompréhensible. Pourquoi ne disait-il rien ? Car il était devant un écran en train d'hurler !


"ALLEZ HOKKAIDO !!! VOUS ÊTES LES MEILLEURS !"

...
Le baseball...Voilà bien une chose qui vous détruit un homme ! Quoiqu'il en soit...la pauvre petite Mayu, âgée de 6 ans, soupira et tourna la tête vers l'extérieur de la fenêtre. La nuit commençait à tomber, quant elle vie un homme bizarre à la porte.
Lorsqu'il la vit, il se cacha ! Apeurée, notre puce fonça voir son papa en courant et sauta dans ses bras :


"Papa ! Y'a un monsieur bizarre à l'entrée !!!"

Soudain, le silence se fit. Le trio d'aîné cessa de se disputer devant leur monopoly...qui était une bonne paye à l'origine.
Asahi et Hinoiri se stoppèrent...se prenant Hana et Kakuto...Les 4 se retrouvèrent à terre, les yeux ronds, les oreilles sur le qui vives. Haru et Yûki ? Imperturbables devant leurs occupations, bien que jetant un œil vers ce silence peu commun.
Hinata et Milena...avaient cessé de jouer depuis un moment, et le musicien froncé des sourcils...alors que la petite sanglotait légèrement.

C'est alors que le père de ce petit monde perdit son air surpris pour froncer des sourcils. Quelqu'un devait venir aujourd'hui ? Un jour où les Hokkaido jouaient ?!
Perplexe, il déplaça la plus jeune de ses filles dans le canapé, fit signe à Jun, Luka et Lazar de s'occuper des plus jeunes, et se rendit vers la porte d'entrée. Là, vêtu d'une chemise blanche à col et d'un jean bleu foncé, il ouvrit la porte.


"Bonsoir...Puis-je savoir qui vous êtes et ce que voulez Monsieur ?" demanda-t-il, le ton calme et posé, mais avec le regard d'un homme mûr, et surtout, légèrement suspicieux. Après tout, qui pouvait bien venir aujourd'hui ici ?!


Dernière édition par Shigo Kyoshin le Dim 1 Aoû - 15:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Dim 20 Juin - 21:42

Aah le mur chaud... A ce moment là, Yamari était bien calé contre la porte, le sac de toile à ses pieds. Il fermait les yeux sentant un agréable courant d'air lui chatouiller les paupières. La rue était calme. Les voitures garées. Les papillons de nuit tourbillonnaient auprès des lampadaires avant de se brûler les ailes et de se crasher sur le sol comme un kamikaze de 1945 sur un porte avion américain. C'était si tranquille. Un instant, il crut apercevoir le pas des infirmières de l'hôpital. Ces pas s'approchaient. Ils allaient ouvrir la porte.

Yamari se rattrapa de justesse avant de tomber. La porte s'était bien ouverte mais il ne s'agissait plus de Yoko la gentille infirmière qui venait le voir le soir. Le métis se redressa et recula d'un pas, ramenant son sac près de son corps. Au moment où il levait les yeux du bitume du trottoir pour regarder son interlocuteur un bruit trancha le silence :

"NOOOOOOON !!! Les fighters doivent repasser la main aux Lions ! Quelle tragédie ! Réussiront-ils à reprendre la main avant la mi-temps ? Quel match remplit de suspense, mon cher Chiyeri !"

Les yeux de Yamari se posèrent alors sur cette carrure impressionnante. Il se sentait tout petit devant. Mais en regardant son visage, le métis rentra le cou dans les épaules en ne pouvant empêcher un air effrayé. Il recula d'un pas en serrant davantage son sac contre son torse. Dans sa main, il serrait le papier de l'adresse à tel point que le papier devenait l'exemple même de la définition du froissé.

Il n'aurait pas dû venir ! Il le savait ! Il n'aurait pas dû venir ! Ce type lui en voulait sûrement pour l'avoir dérangé. Il lui avait posé une question. Il avait une de ses carrures ! Il devait lui répondre ou l'autre se fâcherait. S'enfuir lui traversa l'esprit. Mais il était fatigué et l'autre devait certainement courir nettement mieux que lui, pauvre limace.

"Le, le Mo, Mo, Moyai."

Il sentait que son cerveau était aussi desséché qu'une carcasse de baleine à bosse dans le Sahara. Il ne savait pas quoi dire d'autre. Enfin, les idées lui venaient mais il ne trouvait plus les mots qui voulaient les exprimer. Mais normalement, avec ce seul mot, il devrait comprendre, non ? Quoique de nouveaux lui revenaient à la langue en même temps qu'il reculait encore d'un pas :

"Dormir, p, p, pour dormir."


Yamari expérimentait une nouvelle sensation : celle de se sentir acculé au beau milieu d'une rue déserte. Mais il avait maintenant peur de venir chez cet homme effrayant et il ne voulait pas non plus avoir dérangé pour rien, il voulait en y allant remercier l'association de l'accueil qu'on lui avait offert. Malheureusement, aucune des deux solutions ne lui paraissait satisfaisante et il n'osait plus bouger du milieu de la chaussée où il se trouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Lun 21 Juin - 14:58

Un homme étrange, hein ? Mayu-chan n'avait probablement pas tord...Surtout quand on voyait de ses yeux la personne en question. Sur le coup, Shigo n'avait même pas fait attention à son vis à vis...Cependant, après qu'il eut posé sa question, il se permit de le détailler.

Cet homme semblait âgé de la trentaine...des cheveux blonds coupés court. Il serrait fortement contre son torse un sac de toile d'allure ancien : "vieillot"...Ses vêtements, eux, semblaient avoir fait leur temps. Fronçant d'avantage les sourcils, notre homme se demandait qui était cette personne qui n'avait même pas osé sonner !
C'est alors que la télé laissa passer un son...qui fit se retourner notre mister. Non ! Les gars étaient si bien partit ! Mais crotte de biquette alors !


"Papa ! Y'a eu un Hit de la part des Lions !" entendit notre cher Shigo...La voix provenant de Lazar.

Grognant légèrement, le paternel se retourna vers son vis à vis...et là, il faut dire que le voir reculer, et l'entendre soudain balbutier quelque chose d'incompréhensible...Cela permettait à Shigo de comprendre qu'il était la source de la frayeur de l'homme lui faisant face. Était-il si imposant, notre père de famille ? Ou était-ce dû à la télé et à son grognement ?

Quoiqu'il en soit, notre cher Shi' lâcha un fin soupir en fermant les yeux. Il secoua légèrement la tête, tout en la baisant un peu pour effectuer le mouvement. Ouvrant de nouveau les yeux, ce fut en redressant le visage qu'il aperçut une sorte de morceau de papier serré par la main de cet inconnu.
Il allait demander autre chose, quand enfin, il obtint une réponse à sa précédente question. Tout du moins, une semi-réponse.


"Dormir ? Vous voulez que je vous héberge ?" demanda, avec surprise, notre cher ami.

Jun du l'entendre, car il arriva soudainement. Vêtu d'un simple slim et d'une chemise laissant voir son torse imberbe...Faut dire qu'il est bien foutu, et en a quand même conscience le mister.
Enfin bon...il arriva et demanda :


"Papa...Tu crois que c'est par hasard qu'il a trouvé la maison ? Surtout pour demander à être loger..."

Le ton était calme, mais laissé clairement comprendre qu'il y avait là de la suspicion. Les yeux rouges carmins de l'albinos démontrant aussi ce sentiment.
Le père répondit en haussant légèrement les épaules avant de redemander à l'inconnu :


"Comment avez-vous obtenu mon adresse ? J'avoue ne pas avoir compris votre "moyai". Est-ce votre nom ? Ou le nom de celui qui vous a donné mon adresse, peut-être ?"

Le regard de Shigo s'était fait plus doux, tout comme l'intonnation de sa voix...Et cela, pour le plus grand désarroi de son fils aîné qui voyait son géniteur faire preuve, une nouvelle fois, de sa gentillesse légendaire.
Quoiqu'il en soit, l'albinos resta adossé au coin de la porte, jetant des regards en coin envers l'inconnu qui avait osé faire peur à sa petite Mayu. Et puis, il faut dire qu'il était mieux qu'il reste. Son père venait de repasser en mode "bon samaritain" là...Mieux vaut contrôler la situation !


Dernière édition par Shigo Kyoshin le Dim 1 Aoû - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Lun 21 Juin - 19:56

L'homme était surpris. Ce qui surprit à son tour Yamari. Était-ce si étrange que le Moyai donne son adresse à quelqu'un alors qu'il avait accepté de recevoir des gens dans le besoin ? Ou alors c'est qu'il était peu aimable et que on lui avait envoyé à lui pour lui faire du tort ? Les gens de la Moyai l'avaient piégé ?! Il ferma les yeux fort en secouant la tête.

*Rappelle-toi du conseil du docteur, Yamari, personne ne te veut du mal, personne ne te poursuit. Respire un grand coup. Et n'oublie pas de prendre tes médicaments ce soir.*


Lorsqu'il rouvrit les yeux, il vit une deuxième personne à côté du premier homme. Celui-là semblait jeune mais il fit aussi reculer le métis. Avec un peu d'attention Yamari aurait pu dire qu'il voyait un air peu engageant sur son visage mais il n'en était pas arrivé là. Ces yeux rouges ! Il frissonna. Dieux ! Que c'était... Moche ? Dérangeant ? Et cette peau blanche ! Il y avait une légère aura de violence qui émanait de cette personne. Qu'avait-il fait pour mériter ce châtiment céleste ? Etait-il envoyé pour le tourmenter ? pour l'empêcher de se passer la nuit chez cet homme ?

Bien qu'apeuré, l'ancien interné ne détachait pas son regard du jeune homme, comparant la blancheur de sa peau avec celle des murs qu'il avait côtoyé pendant quatre ans. Sa mère lui aurait dit qu'il était impoli de dévisager ainsi les gens mais il ne pouvait pas s'en empêcher. Est-ce que ces yeux rouges permettaient de voir à travers les choses comme dans les mangas ? Instinctivement, Yamari plaça son sac un peu plus devant son ventre. Il se sentait transpercé du regard, déshabillé par ces deux hommes, surtout par le plus jeune. Et il ne voulait pas montrer ses cicatrices.

Puis soudainement, l'apeuré sursauta. Le vieil homme -il n'était pas vieux mais plus que le maudit, alors il décida de l'appeler comme ça- le vieil homme donc avait parlé. Sur un ton doux qui le surpris. Il apprécia quelques syllabes qui sortaient et venait lui caresser gentiment les tympans. Il laissa passer les mots jusqu'à ce qu'il se rappelle que ces mots voulaient dire quelque chose eux aussi. Le sens lui arriva soudainement :

"...pas avoir compris votre "moyai". Est-ce votre nom ?"


En même temps que ces derniers mots étaient prononcés, Yamari hocha rapidement la tête négativement. Ses mouvements étaient faibles mais suffisants pour se faire comprendre.

"Ou le nom de celui qui vous a donné mon adresse, peut-être ?"

Ce n'était pas vraiment faux mais pas vraiment vrai non plus. Le Moyai était juste une personne morale. Mais ça Yamari ne le savait pas. Pour lui, ce n'était pas une personne du tout. Il haussa les épaules en faisant un petit 'oui' de la tête avec une moue gênée aux lèvres. Le trentenaire pensa cependant qu'il avait dû bien mal prononcer le nom de cette association si connue dans la ville pour que l'autre ne la reconnaisse pas. Il y était pourtant inscrit comme volontaire, non ?

Yamari avala sa salive. Que devait-il dire ? S'excuser peut-être... Remercier pour lui avoir ouvert la porte et partir pour ne pas déranger. En voyant le maudit, il comprenait qu'il n'était rien de plus qu'un intrus. Il le serait peut-être moins en dormant dans la rue. Il l'avait déjà fait. Mais il n'avait pas vraiment envie de recommencer. Le docteur lui avait dit que cette période de sa vie était une des conséquences de sa maladie. Si jamais il faisait ça, cela ne voudrait-il pas dire que son état ne s'était pas amélioré ?

Il ne voulait pas être fou ! Il n'était pas fou ! Il ne fallait pas qu'il aille dans la rue. Son visage se remplit de tristesse, sa nuque le picotait. C'était un signe de ce qui allait venir : ses yeux se remplissaient de larmes. Il n'était pas fou ! Il n'était pas fou !

"Je ne suis pas fou !"

C'était un murmure qu'il entendait, un murmure pour mieux se convaincre lui-même de ce qu'il disait. Il serra un peu plus son vieux sac contre lui pour se rassurer. En boule, recroquevillé autour de ce vieil objet, il se sentait un peu mieux, oubliant par contre qui se trouvait en face de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: A   Mar 6 Juil - 15:40

La réaction de ce jeune homme surprenait Shigo. Ce-dernier allait d'ailleurs continuer à parler quand soudain, une voix retentie depuis l'intérieur de la maison :

"PAPA ! Tu n'as pas HONTE ?"

Cette voix était tous ce qu'il y a de plus féminine. En fait, il s'agissait tout simplement de cette chère Hana.
Elle apparue d'ailleurs aux côtés de son aîné, qui avait seulement osé un sourcil face au comportement de sa jeune soeur. Shigo, lui...avait les yeux écarquillés.
Mais avant que la jeune femme ne puisse poursuivre, un murmure brisa cette ambiance. En entendant le ton désespéré de ce jeune homme, et en voyant son expression, notre homme senti son cœur se serrer.
Là, ne laissant pas à Hana le temps de poursuivre, ni même à Jun le temps de refuser, il déclara :


"Entrez donc...la nuit tombe, et puis...nous parlerons mieux devant un bon repas."

Tout en parlant, Shigo avait tendu sa main vers ce blondinet si étrange, mais qui avait tant l'air de chercher de l'aide. Il lui offrait d'ailleurs une partie de cette aide en cet instant. Au moins, on l'écouterait ici.

"Mais...papa ! On ne sait même pas qui s'est !
- Et quant bien même..."Aide ton prochain"...C'était là, le plus grand voeux de ta mère Jun. Et le mien aussi."


Bien que dit de façon douce, le ton était intransigeant. Face au comportement "inconscient" de son paternel, Jun serra le dents. A la vue de cela, sa sœur rajouta :

"Il vient du Moyai...Papa n'a pas de mémoire, je comprend donc qu'il ai put oublier ce que c'était...surtout que c'est maman qui nous y a inscrit. Mais toi, t'es censé être l'aîné et être suffisamment jeune pour te souvenir !
- Et alors ? Moyai ou pas, quelqu'un de suspect est et reste suspect !
- Ah oui ? Alors Monsieur pense que...
- Cela suffit ! Nous avons un invité ce soir...et il est temps de commencer à préparer le repas. Puis-je vous demander de vous en occuper ?"


Shigo s'était positionné de façon à être à côté du blond. Il pouvait ainsi voir ses deux enfants se disputer...ou, tout du moins, être proche de commencer à se disputer.
Il avait préféré stopper cela avant que tout ne dégénère. Face à sa demande, Jun souffla et partit la tête haute...Hana, elle, salua le blondinet et suivit son aîné vers la cuisine...D'ailleurs, une ribambelle de têtes se voyaient ! Tous jetaient un regard vers l'entrée...N'est pas chou ? Secouant la tête de gauche à droite tout en soupirant, c'est avec un sourire engageant que notre père de famille nombreuse vint à poursuivre :


"Allons au salon, voulez-vous ? Nous y serons plus tranquille pour discuter. Vous pourrez m'expliquer ce qu'est le Moyai...même si je suis sûr d'avoir déjà entendu ce nom là quelque part."

Une main vint se poser derrière le dos de l'inconnu, alors que l'autre se tendait vers l'entrée comme une invitation. Là, les mots vinrent :

"Entrez donc...et faîtes comme chez vous."

C'est définitif...Shigo est fou. Mais bon, c'est bien parce qu'il est ainsi qu'on l'apprécie, notre défenseur de la veuve et de l'orphelin ! Et puis, la petite bande d'enfants, adolescent et jeunes adultes souriaient entre eux...Bon, on ne voyait pas les têtes de Kakuto et de Jun, mais on entendit bien la voix du dernier nommé :

"Mauvaise troupe, vous avez pas fini d'épier les autres ! Il faut mettre la table et cuisiner ! Allez ! Chacun à son poste."

Cette remarque fut suivit de longs soupirs...et les têtes disparurent les unes après les autres. A l'exception faites de Asahi et Hinoiri. Eux, ils sont trop destructeur pour qu'on leur confit une chose à faire !
Au même moment, Shigo souriait à son invité...et lui fit un clin d'oeil. Par contre, il lui murmura aussi :


"J'espère que vous aimez les soba...quand c'est Jun qui dirige la préparation du repas, c'est généralement ce qu'on mange. Soba et onigiri au goût surprise..."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Mar 12 Oct - 19:46

Finalement, une jeune femme vint le sauver. Elle semblait magnifique, pleine de vie. Sa façon de parler lui fit venir un coin de sourire fugace avant qu'il ne baisse la tête, un nouveau picotement dans la nuque. Cette demoiselle lui faisait penser à sa femme. Il avala difficilement sa salive afin de stopper net un sanglot. Ce fut à ce moment que l'invitation flotta entre deux couches d'air pour venir se glisser à ses oreilles. Gardant la joue sur la toile rude de son sac marin, il leva les yeux vers le trio. Le maudit eut un éclat de voix qui le fit reculer de trois pas et rentrer la tête dans les épaules. Ce démon blanc lui faisait peur. Démon du nom de Jun. Heureusement, l'autre homme, son père, le vieux, semblait prendre sa défense.

Yamari contempla distraitement le reste de la conversation. Les paroles s'envolaient vers les étoiles, ne dédaignant pas venir chatouiller des oreilles qui ne voulaient pas les entendre. C'était trop de bruit pour lui, trop violent. Il leva les yeux sur les papillons qui volaient autour du lampadaire. Pauvres bêtes. Voler pour se brûler les ailes. Cruel destin. Funeste fin. Ces misérables insectes avaient pourtant une chance : elles ne faisaient que suivre leur destin, suivre leur instinct, suivre ce qu'elles devaient faire sans se préoccuper du reste du monde. Ces animaux restaient forts, intransigeant, comme les fiers kamikazes de la seconde guerre. Et par là même, ils étaient utiles pour la Vie, pour cette Nature si souvent bafouée.

Finalement, Yamari sentit une main se poser dans son dos. Surpris, il fit un violent pas de côté. Sa respiration se fit plus stressée, il serra un peu plus fort son sac contre lui. Il se retourna un peu, vit un sourire engageant, une main tendue vers l'entrée. L'ancien interné se mordit la lèvre, essaya un rapide sourire pour cacher la peur qui l'avait prise. Depuis combien de temps personne ne l'avait touché de cette manière ? Trop. Cela faisait trop longtemps. Il se sentait complètement perdu, à perdre pied. Il lui venait soudain l'envie de retourner à l'hôpital.

Il lui manquait. C'était la sécurité là bas. La routine, la paix et la sérénité. Il était en confiance. Ici, il avait peur, peur de tout, peur d'un sourire, peur des autres. C'était trop vivant pour son cerveau drogué par les médicaments. Les médicaments ! Il ne fallait pas qu'il les oublie ! Il ne fallait pas qu'il redevienne fou !

Finalement, il y eut un grand cri venant de l'intérieur de la maison. Un cri qui le fit sursauter. Yamari regarda l'intérieur de l'entrée et son regard pivota jusqu'à cet homme au visage engageant. Le métis passa une langue gênée sur ses lèvres sèches. Il avait les sourcils levés et toujours plaintifs, comme demandant s'il fallait vraiment qu'il rentre là dedans.

Heureusement, l'homme fit diversion avec la nourriture. Yamari ne s'était pas rempli l'estomac depuis le matin. Maintenant qu'on en parlait, la faim lui venait. Il fit un mouvement positif de la tête pour répondre à l'homme. Oui, normalement, il aimait les sobas. La porte était toujours ouverte mais il n'osait pas davantage entrer das une maison inconnue. Il ne se sentait pas le courage de chercher le chemin. Pourtant, là, il commençait à avoir froid dans sa fine veste réglementaire. Il leva la tête, laissant un regard envieux se poser sur l'entrée. Puis revint sur le doyen, les lèvres pincées avec le regard d'un chien perdu et quémandeur. Ses doigts trituraient nerveusement la toile du vieux sac. Il n'osait pas poser la question mais il n'avait pas envie d'entrer le premier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   Mer 17 Nov - 18:45

Durant toute la durée de son approche, notre cher père de famille avait tenté de comprendre son...invité surprise. A présent, il pouvait dire que le jeune homme avait peur des contacts, du bruit, et probablement même de la foule. Il devait avoir vécu des choses assez traumatisantes, pour réagir ainsi...et cela fit de la peine à notre "vieil" homme. Cet homme n'avait pas l'air bien vieux tout de même, et pourtant...la flamme de son regard était terne, vide. Elle ne donnait que l'image de la peur, la surprise et la crainte de l'inconnu.
En le voyant ainsi, Shigo sut qu'il ne pouvait le laisser ! Sa femme et lui avaient prit la décision, après avoir perdu leurs petites puces, de venir en aide à ceux qui le désiraient. Luka, Lazar et Leonid furent les premiers enfants qu'ils guidèrent...mais rien ne l'empêche de guider, d'aider, un adulte. Et puis, la maison est bien assez grande pour loger une personne de plus. Le deuxième étage a une chambre de libre, après tout.

Jun était en cuisine à présent, et Hana n'avait pas tardé à suivre. Voyant que son vis à vis avait bien faim, un sourire franc prit place sur le visage de notre ingénieur. Un sourire encourageant.
Voyant que le jeune homme ne faisait pas le premier pas, le père des Kyoshin posa sa main sur l'épaule de cet être perdu, ayant sonné à sa porte. D'une légère pression, et le vit avancer avec lui...leur permettant d'entrer tout deux dans la demeure.


"Bienvenu chez nous ! J'espère que vous vous plairez ici...il y a parfois un peu de bruit, j'en conviens, mais nous ne sommes pas méchant. Aucun de nous n'a jamais mordu personne, à part peut-être Kakuto. Mais ne vous en faites pas trop.
- P'pa !
s'insurgea le blondinet de la fratrie.
- Quelque chose à redire Kakuto-kun ?
- Pfff...Non, rien."


Un petit rire passa les lèvres de Shigo, alors qu'il ajoutait envers son invité :

"Je vous rassure, vous ne risquez rien ici."

Continuant d'avancer, tout en guidant son nouveau protégé, notre papounet et sa charge arrivèrent au salon. Une fois prés du sofa, Shigo s'y installa et mit une chaîne laissant une douce musique de fond. Le match, il finirait de le regarder sur internet plus tard, en rediffusion.

"Faites comme chez vous, vous êtes mon invité Monsieur...Euh, je craint ne pas avoir entendu votre nom en fait. D'ailleurs, je ne me suis pas présenté non plus, veuillez m'excuser."

Marquant une pause, notre mister reprit peu après, tout en tendant sa main pour une bonne vieille poignée de main.

"Je me nomme Shigo, Shigo Kyoshin. Enchanté de vous connaî...
- Et moi c'est Asashi !
- Moi, j'suis Hinoiri !
- Et toi Grand-Frère ?
- Tu t'appelles comment ?
- Tu veux bien jouer avec nous dit ?"


Deux tornades blondes venaient de passer, sauter sur les genoux de leur père, et se poser devant le nouvel arrivé. Ils avaient de grand sourire, les morpions de 4 ans. Lâchant un soupir, Shigo secoua légèrement la tête avant d'ajouter :

"Mes fils...les deux plus jeunes de la maison. De vrais piles électriques."

Un clin d'œil accompagna la phrase. la question, à présent, serait de savoir si l'inconnu pourra se mettre enfin à l'aise...ne serait-ce qu'un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Driiiiing ! |Pleine lune   

Revenir en haut Aller en bas
 
Driiiiing ! |Pleine lune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 3 : la pleine lune, çà fait mal même chez les Miss !
» Pleine lune et maux de tête [PV Remus Lupin]
» Au bord du lac, un soir de pleine lune.
» La pleine lune 20% plus grosse que d'habitude !
» Simon's Cat !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opus Luna ::  :: RP Abandonnés-
Sauter vers:  
Votez pour nous !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit