AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Mar 20 Mar - 7:30

Chiyoda était l'un des quartiers les plus actifs de Tokyo, économiquement parlant tout du moins. Ce n'était toutefois pas l'une des zones que le Yakuza avait coutume de fréquenter, tant pour le peu d'affection qu'il lui portait, que pour les rondes habituelles qu'il pratiquait, située dans d'autres quartiers. Les buildings étaient nombreux et les sociétés y étant affectées également, ce qui expliquait très certainement la relative influence que la mafia pouvait y exercer. Sur le nombre, cette foutue mafia, redoutée et ayant de forte tendance à se propager dans tous les milieux, passait pourtant presque inaperçue. La plupart du temps en tout cas, car il pouvait arriver que parfois, un petit groupe d'hommes chiquement habillés regagne les sièges des holdings. C'était exactement le cas pour ce jour-ci, et Senji faisait partie de la troupe.

Le boss avait été contraint de se déplacer en personne et pour ce faire, il avait mobilisé quatre de ses mafieux. Les hommes avaient sensiblement le même profil : que ce soit de par leur taille ou leurs muscles, leur gabarit tendait à dissuader n'importe quel fauteur de troubles ; leur visage semblait être figé en une expression susceptible de laisser transparaître toute la sympathie dont ils pouvaient faire preuve et enfin, chacun revêtait un costume sombre, à l'exception du patron qui, comme pour se faire remarquer, en avait choisi un de couleur crème zébré de rayures blanches. Bien évidemment, à cette panoplie quasi parfaite du mafieux digne de ce nom, s'ajoutaient quelques accessoires tels que les lunettes de soleil que portaient certains d'entre eux, ou encore le 9 mm qu'ils avaient tous, sans exception, contre leur torse, dans la poche interne de leur veste.

Quoi qu'il en soit, c'est sans encombres que le boss avait rejoint l'immeuble où il devait présider une réunion et dès lors, deux de ses quatre chaperons devaient rester à l'entrée, non pour contrôler les personnes pénétrant dans la bâtisse tels les videurs d'une boite de nuit, mais plutôt pour guetter les éventuels agissements de potentiels autres mafieux. Autant de suppositions qui laissaient croire à Senji - qui faisait office de "videur" à l'entrée - que son rôle, tout comme celui de son collègue, n'avait plus qu'une portée fortement limitée désormais. Et pourtant le compagnon dont avait hérité le beau brun s'en réjouissait presque. Là où Senji voyait une espèce d'affront, son collègue voyait un moyen de ne rien faire pendant les quelques heures de réunion. L'autre mafieux, c'était Yoichi Uehara, 24 ans, presque aussi grand que Senji quoiqu'un peu plus large d'épaules. Une espèce de joyeux luron relativement bavard qui ne prenait que bien modérément son boulot au sérieux, au grand dam de Senji qui, pourtant, regardait indifféremment l'homme ébouriffer sa tignasse hirsute aux reflets châtains.

    - Bon sang ! J'ai cru qu'on allait jamais arriver !

L'avantage, avec Yoichi, c'est qu'il connaissait Senji depuis un tour de temps maintenant, aussi il n'attendait plus aucune remarque de sa part et faisait tant les questions que les réponses.

    - J'ai entendu dire qu'il y avait un lycée dans le coin... On va voir passer les jolies écolières en uniforme !

Non sans une once de désespoir, Senji attardait ses iris cramoisies sur Yoichi qui, après avoir calé ses lunettes de soleil sur son crâne, se frottait déjà les mains en observant la rue de bout en bout.

    - Nous aussi on a nos uniformes... Tu crois que ça va leur plaire ?
    - Je reviens dans une heure.

Cette fois-ci, le beau brun s'était animé et il avait d'ores et déjà tourné les talons, parcourant le trottoir, mains dans les poches.

    - Mais... Mais attends ! Tu peux pas filer comme ça ! Et le boulot ?
    - Je serai revenu avant la fin de la réunion.

Cette phrase, énoncée sur un ton catégorique, ne semblait souffrir d'aucune exception susceptible d'arrêter Senji dans sa marche. Yoichi abandonna d'ailleurs bien rapidement et se contenta d'acquiescer à ce qui, de toute façon, n'avait, à aucune moment, requis son avis.

Ainsi, Senji parcourut les rues au hasard, laissant, comme bien souvent, ses pas le guider au gré de Tokyo. Le hasard le conduisit pourtant jusqu'à un lieu qu'il n'avait que bien peu fréquenté par le passé : un lycée, sans doute celui dont avait fait mention Yoichi un peu plus tôt. Étrangement, le Yakuza fut intrigué par la bâtisse et se posta devant - sur le trottoir d'en face cependant - alors que la sonnerie annonçant la fin des cours retentissait. D'ici peu, le lycée déverserait dans la rue un flot d'élèves trop nombreux et trop bruyants sans doute, pour que la patience fortement limitée de Senji soit en mesure de les supporter bien longtemps. En attendant, toutefois, le beau brun s'était allumé une cigarette et il songeait simplement, venant à en oublier les alentours.


Dernière édition par Senji Fugiwara le Sam 21 Juil - 8:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Hashimoto
Humaine

Humaine
avatar

Messages Messages : 25 Date d'inscription Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Mer 30 Mai - 13:18

"-Le monde, hein?"

Simple question tellement déroutante.

"-Mais au fond, qu'est ce?"

Voilà des heures que Tsuki ne cessait de se tourmenter, s'était une question tout à fait banal qu'on lui avait posé un peu plus tôt et pourtant tellement compliqué. Sur le coup, la demoiselle n'avait su que répondre, du coup elle se torturait l'esprit pour en deviner la réponse, mais rien ne venait et elle commençait sérieuse à en déprimer...S'était bête et méchant! Depuis peu, la jeune femme avait l'impression de tourner en rond, de ne plus trop comprendre ce qu'elle faisait ici, pourtant ce n'était pas dans son caractère de se laisser abattre d'une façon aussi grotesque, mais il n'y avait plus ce petit côté pimenté de sa vie qui la faisait sourire...En gros, que ce soit sa vie sentimentale ou tout simplement amicale, s'était le vide complet et cela commençait sérieuse à lui taper sur le système!

Parcourant les différentes rues de Tokyo, Tsuki s'arrêtait de temps en temps devant une boutique mais repartait très vite sous les yeux dessus des vendeurs. Il faisait beau, aucun nuages à l'horizon, un ciel aussi limpide que l'eau - Même si au fond elle savait très bien que la couleur de l'eau était transparente et qu'elle n'était bleue qu'à cause du soleil- elle aimait beaucoup cette expression.

Au final, la jeune femme termina sa course près d'un lycée, ou une horde d'élèves se mélangeaient en sortant comme s'ils avaient le diable à leur trousse. Par simple curiosité, elle arrêta l'un des lycéens et lui demanda sans vergogne ce qui pouvait bien les pousser à s'enfuir aussi vite. Ayant vécu ses années lycées parfaitement bien, Tsuki ne comprenait pas vraiment ce qui pouvaient autant effrayer ces jeunes. La demoiselle remarqua rapidement que le blondinet devant elle ne faisait que lancer des regards apeurés derrière lui, ce qui donnait encore plus envie à notre convive de comprendre le pourquoi du comment!

Lorsque son minimoysblondinet essaya de s'échapper, elle l'attrapa par le col et le ramena directement devant elle.

"- Dit donc toi, avant de partir ça serait polie de me répondre!"


Mais à peine le relâcha-t-elle qu'il partit dans le sens opposé, les jambes autour du cou.

"-Pour une fois qu'il semblait y avoir quelque chose d'intéressant, ma seule source de données détalle comme un lapin poursuivit par un chasseur, une chose est sur, il doit être doué à la course."


Un soupir franchit la barrière de ses lèvres, Tsuki s'ennuyait ferme. Examinant ce qui entourait l'enceinte du bâtiment, elle remarqua rapidement un homme assez imposant- pas seulement physique, elle avait vu pire, mais surtout par sa façon d'être- s'était assez bizarre à décrire et encore plus à comprendre.

"- Il sait peut être quelque chose celui-là."

En réalité, il ne l'effrayait pas le moins du monde et c'est dans une curiosité non dissimulé, qu'elle s'approcha de l'étranger.

"- Dit, tu as l'air d'être ici depuis plus longtemps que moi, tu m'explique ce qui leurs arrivent?"


Bon, ce n'était peut être pas la bonne approche, mais au moins on ne pouvait pas lui reprocher de ne pas être direct!


[HRP: vraiment désolé pour mon retard, mais mets cours n'ont pas voulu me lâcher T.T et surtout de ce travail complétement nul que je te donne >.>]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Lun 11 Juin - 11:37

Fort heureusement, tant pour lui que pour les autres, la cigarette aidait Senji à faire abstraction de tous les désagréments que pouvaient bien lui causer les alentours. Ainsi, quand bien même les piaillements rébarbatifs des élèves lui parvenaient par bribes, une première bouffée lui permettait d'en oublier l'inutilité. Alors même que les effleurements survenaient parfois dans un élan d'enthousiasme ou par mégarde simplement, une seconde latte permettait d'atténuer une potentielle réponse de sa part, d'autant qu'il avait coutume de privilégier les actes aux paroles. Indifféremment donc, Senji parcourait des yeux l'émeute d'élèves quittant le lycée, et ruisselant maintenant de toute part au gré des rues du quartier.

Le hasard voulu que, de tête en tête, son regard aille se poser sur une jeune femme à contre-courant, visiblement décidée à exiger de quelque élève une coopération qu'il ne semblait que fort peu disposé à lui offrir. Tirant une nouvelle bouffée sur sa cigarette et dégageant sa main de sa poche de pantalon pour ce faire, Senji détaillait sans le réaliser cette scène peu commune qui le distrayait au moins un temps. Par deux reprises, la jeune femme chercha à retarder le lycéen : en vain, et sa mine déconfite laissa à penser au Yakuza que le petit spectacle auquel il avait assisté était désormais terminé. Non content de lui offrir un second acte pourtant, la jeune fille lui faisait l'honneur de le faire participer à la pièce, et à la voir approcher de lui d'un pas qu'il aurait presque qualifié de "décidé", Senji ne put enrailler un soupir glissant par-delà ses lèvres, ses yeux préférant chercher une autre cible sur laquelle s'apposer.

Interpeler le beau brun n'eut aucunement pour effet d'attirer son attention. Jusqu'à la dernière minute, peut-être, avait-il espéré se tromper et ne pas être contraint, par la force des choses, à communiquer avec qui que ce soit. Lui qui d'ordinaire, n'était que fort peu sociable et se contentait donc des formalités auxquelles il ne pouvait échapper - telles que saluer simplement les voisins de son appartement, du moins, ceux qu'il reconnaissait et ne dépréciait pas -, se voyait obligé aujourd'hui, alors même que l'humeur ne s'y prêtait nullement, de communiquer avec une étrangère. Par politesse, à moins qu'il n'ait plus rien à regarder à l'opposé, le Yakuza détourna enfin son regard sur la jeune fille. Plus petite que lui, elle avait les cheveux clairs et les yeux verts, ou peut-être bleus. Avait-elle conscience de s'adresser à un mafieux ? Pour une fois, il en avait l'allure, après tout.

Dégageant une nouvelle fois la main qu'il avait rangé entre temps, le jeune homme se saisit de la barre de nicotine déjà largement entamée, entre deux de ses doigts avant d'abaisser ses iris rougeoyantes dessus. Après s'être éclairci la voix d'un toussotement bref, il se décida enfin à répondre, jugeant avoir suffisamment abusé de la patience de la demoiselle.

    - Fins des cours. Vacances, peut-être.

Estimant avoir mené à bien la mission à laquelle on l'avait momentanément assigné, Senji retournait maintenant à son silence et semblait bien décidé à terminer sa cigarette avant de changer de secteur, enchainant peut-être, sur une seconde cigarette si l'agacement originel ne l'avait pas quitté. Voilà qu'il en venait presque à regretter le blabla intempestif de son collègue, les remarques déplacées et autres invitations saugrenues qu'il aurait supposément lancé aux jeunes filles passant trop près de lui, ou ne serait-ce que sur le trottoir d'en face. Plus il y songeait pourtant, et plus la question qui lui avait été posée le troublait. Du moins, son trouble ne résultait pas tant de la question, que de la seule idée de la poser : elle devait s'ennuyer ferme, pour s'intéresser à ce genre de détails. En outre, si c'était là sa façon d'aborder les autres, peut-être faudrait-il la retravailler.

    - Ça t'étonne ?

Innocemment, le Yakuza avait lancé cette phrase à demi-mot alors qu'il venait de faire chuter son mégot au sol, l'écrasant du bout du pied la seconde suivante, machinalement. Tout aussi mécaniquement, il lança un coup d’œil à la montre liant son poignet gauche et un soupir de plus lui échappa. Il lui restait encore bien trop de temps à perdre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Hashimoto
Humaine

Humaine
avatar

Messages Messages : 25 Date d'inscription Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Mar 19 Juin - 7:49

Une excuse? Ou simplement une analyse soudaine? Non s'était tout simplement une façon indifférente d'exprimer une réponse , d'ailleurs plus indifférente s'était impossible. D'ailleurs, la demoiselle se sentait bizarrement blasé en compagnie de cet inconnu, il ne semblait pas très drôle et parfaitement monotone. Mais il faut toujours se méfier du loup qui dort, va savoir, peut être qu'au fond il cachait quelque chose...elle était surement loin de s'en douter.

"-Je ne pense pas, vu l'état dans lequel ce miniblond était."

Lorsque la jeune femme regardait cet inconnu, elle n'avait qu'une envie lui retirer illico presto sa cigarette, mais déjà qu'elle avait débarqué devant lui à l'improviste, le harceler pour avoir des réponses et surtout rester planter devant lui comme un pot-de-colle. Elle accumulait vraiment aujourd'hui, mais que pouvait-elle y faire, s'était dans sa nature et Tsuki ne comptait pas la changer de si tôt.

Tortillant son bracelet, elle finit par le décrocher et le ranger dans sa poche de manteau avant de finir par le casser, après tout s'était un souvenir unique qu'elle ne voulait pas perdre et encore moins oublier.

"-Réellement? Je dirais que c'est le cas."


Tient, elle n'était pas la seule à vouloir faire passer son temps, il s'ennuyait dont vraiment pour ne cesser de regarder sa montre, s'était limite aussi stressant que sa cigarette. Il semblait être une vraie boule de nerf, malgré son apparence stricte et froide. Depuis combien de temps était-elle en train de se balader à essayer de trouver un moyen d'accélérer sa vie, de faire monter cette petite molécule connu sous le nom d'adrénaline.

Il fallait que Tsuki trouve quelque chose et elle voyait en cette personne un moyen de se défouler et surtout de faire défiler le temps qui semblait incroyablement long depuis quelque temps. Mais pour cela, elle devait à tout prix réussir à attirer l'attention de cet homme et ce n'était certainement pas une chose si facile.

« -Tu travailles dans quoi? »

Classique, basique, une phrase sans accroche et surtout totalement débile, question bêtise s'était vraiment son jour, elle avait la nette impression d'être une gamine de maternel qui ne sachant pas quoi faire, essayer par tous les moyens possible et inimaginable d'embêter son monde. La jeune femme espérait juste qu'il n'en viendrait pas à la même conclusion, sinon elle aurait quelque difficulté à le revoir -si c'était possible- sans éclaté de rire à son approche.

Tsuki aurait bien voulu essayer de se rattraper, sauf qu'on ne peut jamais revenir sur ce que l'on a dit précédemment, là est le soucis du passé et de l'imbécilité humaine qui ne parle plus vite qu'elle ne pense -dans les trois quart du temps-. Après tout, on lui avait souvent répété de tourner sept fois sa langue dans sa bouche, pourquoi sept? Sûrement parce qu'il représente le chiffre divin et de la sagesse et qu'ainsi elle viendrait à parler avec des mots quasi impensable, mais elle n'était pas Dieu ou une autre divinité tout aussi puissante!

« -Bon, désolé de t'avoir dérangé, mais va falloir que je trouve un autre passe temps vu que tu n'as pas l'air enclin à discuter! »

« En gros je me fais un monologue! »

Tsuki était prête à partir mais attentait bien sagement sa réaction, enfin si il voulait bien en avoir une, et puis au fond aujourd'hui était tout de même un beau jour, et même si cela était trop tard, elle ne voulait pas lui taper sur les nerfs trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Ven 29 Juin - 18:06

Le silence du Yakuza était une caractéristique première de la "conversation" qu'il entretenait avec cette étrangère. Les commentaires, remarques, et autres questions fusaient de toute part alors que Senji se murait dans un mutisme imperturbable, ses yeux parcourant inlassablement la rue dans l'espoir d'y trouver une source d'intérêt quelconque. En vain. Faute de mieux, le beau brun observait donc son interlocutrice d'un œil aussi désintéressé que distrait, détaillant le bracelet qu'elle se plaisait à triturer maladroitement. La pertinence des propos de la jeune femme lui parvenait tout juste, c'est à peine, d'ailleurs, s'il arrivait à comprendre où elle voulait en venir, allant jusqu'à penser que les remarques formulées ne lui étaient pas directement adressées, relevant plutôt d'une réflexion partagée à voix haute. Et pourtant, une question nouvelle fut posée, question qui ne laissa subsister aucun doute quant à son destinataire. Quel genre de travail avait-il.. ?

Senji aurait presque pu se sentir flatté de susciter autant de curiosité ; pourtant, il ressentait tout l'inverse : à quoi jouait-elle ? Était-ce la façon qu'elle avait d'engager une conversation ? La méthode n'était peut-être pas mauvaise sur le fond - il était bien mal placé pour en juger après tout -, elle avait seulement fait une mauvaise pioche en le lui demandant tout particulièrement. Lorsqu'une telle question lui était posée, le Yakuza avait coutume de mentir, s'improvisant livreur de pizza, vendeur et autres. Quoi qu'il choisisse, il s'efforçait de rester tout le temps vague, mais aujourd'hui, la question lui était posée alors qu'il était chiquement habillé. Que dire, dès lors ? S'il avait l'allure d'un salarié lambda en temps normal, il ne pouvait s'improviser chef d'entreprise par le seul fait du costume. Fort heureusement - peut-être commençait-elle à le cerner, après tout -, la jeune femme coupa court aux réflexions de Senji et le dispensa de toute réponse, préférant proférer quelques reproches à son encontre.

Il n'était pas véritablement enclin à discuter, ça, c'est le moins que l'on puisse dire. Loin d'être bavard en temps normal, la verve supposée du bellâtre s'annihilait totalement lorsque, de surcroit, il avait été contrarié pour une raison quelconque : ce qui était le cas aujourd'hui. A croire que par le plus grand des hasards, le sort s'acharnait sur cette jeune femme : non seulement elle ne s'adressait pas à la bonne personne, mais en plus, cette dernière n'était pas d'humeur à fournir le moindre effort pour paraître plus sympathique. C'est d'ailleurs avec un certain soulagement que Senji comprit que le départ de la demoiselle était imminent. Et pourtant... Pourtant, elle semblait encore attendre de lui une parole. Un semblant de réconfort. Des excuses peut-être. Un soupir de plus lui échappa et il ne prit pas même la peine de l'atténuer, laissant toutefois sa voix filtrer au travers de ses lèvres entrouvertes.

    - Écoute... ; détournant son regard des derniers lycéens et lycéennes sortant du bâtiment lui faisant face, il attarda ses iris sur la jeune femme à ses côtés ; Y a des réponses qu'il vaut mieux, parfois, ne pas entendre, okay ?

Se décollant du mur contre lequel il était resté appuyé jusqu'alors, Senji glissa à nouveau ses mains dans ses poches et commença à tourner le dos à la demoiselle. Quelques pas seulement, après quoi il se retourna une dernière fois, accordant soudainement à son interlocutrice bien plus d'intérêt qu'il n'avait jamais pu lui en porter.

    - Eh... Évite de poser ce genre de questions à des inconnus : tu pourrais avoir des ennuis avec certains.

Non content de ne pas démentir l'éventuel dérangement que lui avait occasionné la demoiselle, et dont elle lui avait elle-même fait part, Senji se retournait pour de bon et avançait désormais, se contentant d'un vague signe de la main en s'éloignant. Au premier croisement, il bifurqua et tâcha de rejoindre l'immeuble qu'il avait délaissé un peu plus tôt : sans grande surprise, il ne retrouva pas Yoichi à la place qu'il aurait dû occuper, mais un peu plus loin, trop occupé à conquérir le cœur de quelques lycéennes malchanceuses et manifestement trop gentilles pour le rembarrer immédiatement. Quoi qu'il fasse pourtant...

    - Pff... Senji, c'est abusé ! J'ai le costard pourtant, je pige pas...

Dépité alors qu'il était revenu près de son collègue cinq minutes après son retour, Yoichi s'était laissé tomber sur le rebord du trottoir, juste à côté du beau brun qui, lui, s'obstinait à rester debout, le regard sévère posé sur les bâtiments d'en face.

    - Tiens, au fait... Tu r'viens plus tôt que prévu ?

Soupir.
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Hashimoto
Humaine

Humaine
avatar

Messages Messages : 25 Date d'inscription Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Ven 6 Juil - 10:08

Sur le coup, Tsuki n'avait rien répondu, l'envie était là, mais les mots restaient bloqués dans sa gorge. Une sensation d'étouffement l'a pris subitement, ce n'était franchement pas le moment de paniquer et de se laisser aller. La demoiselle l'avait laissé sans aller, sans un regards, elle aurait voulu devenir minuscule, elle n'avait pas pu s'empêcher de gaffer et voilà où en arrivait sa situation: sur le bord d'un trottoir, le souffle court. Lorsque la jeune femme finit par relever les yeux, l'inconnu avait disparu de son champs de vision et la réalité arrivant de plein fouet dans le visage, elle devait subir les conséquences de ses propres paroles.

Errant à travers les rues, Tsuki était revenu au point de départ, sauf que cette fois-ci elle n'abordait plus personne, sa curiosité étant descendu à zéro. Le plus étonnant dans tout ça, c'est qu'il avait fallu d'une seule rencontre pour que sa bonne humeur se brise, au fond elle le savait, sa nature n'était pas facile à vivre et surtout dure à comprendre. C'est vrai qu'elle paraissait naïve aux premiers abords et que généralement on le lui reprochait couramment, sauf qu'en réalité elle ne l'était pas, elle voulait juste briser les barrières que les hommes s'imposaient. Même si dans la vrai vie, ce n'était pas dès plus facile, Tsuki s'était jurée qu'elle finirait par dissoudre cette maudite timidité qu'elle possédait, même si ce n'était pas la bonne manière.

Se claquant les joues, la demoiselle se rendit vite compte que la plupart des passants la regardaient bizarrement, était-elle folle? Dans un sens on aurait pu le croire. Rougissant de plus belle, Tsuki s'éloigna rapidement en portant son regard un peu plus loin, fini le blues et de retour la bonne humeur. Elle glissa sur une plaque dégout après avoir vu l'homme de tout à l'heure, se rattrapant sur les mains et sur les genoux, elle se mordit sauvagement les lèvres lorsqu'un frisson de douleur lui parcouru l'échine. C'est toujours dans ce genre de moment qu'il n'y avait jamais personne autour de vous, sauf celui que vous ne vouliez pas voir. Et justement, elle était juste tombée à un trottoir prêt de lui, bonjour la honte.

Se relevant difficilement, Tsuki regarda les dégâts qu'avaient occasionné sa chute, ce n'était pas très beau à voir et elle faillit tourner de l'œil en voyant le sang. Respirant du mieux qu'elle pouvait, la demoiselle partit s'asseoir sur la chaussé- au point où elle en était un peu plus de ridicule ne la tuerait pas- tout en sortant un mouchoir. Il était d'un blanc immaculé, mais ne le resterait pas longtemps.

« -Et bien tant pis! »

Appuyant doucement le tissu sur ses blessures, elle essaya d'enlever le maximum de petits cailloux qui avaient décidé de se loger dans la chair meurtrie. Il faudrait qu'elle vienne à rentrer vite chez elle pour éviter l'infection, Tsuki avait déjà assez de problèmes comme ça, ce n'était pas le moment pour en rajouter! La demoiselle n'osait pas regarder sur le trottoir d'en face, elle ne voulait pas subir les moqueries des deux hommes qui semblaient « occupés » à autre chose. Le bout de tissus pris rapidement une couleur pourpre au point que la jeune femme n'y voyait plus un carré de blanc.

« -Et comment je rentre maintenant, le sang n'a pas l'air de vouloir coaguler »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Lun 9 Juil - 11:40

    - ... Tu réalises ? 'fin, j'veux dire... C'est pas un coup d'pute qu'elle m'a fait, là ? T'es pas d'accord ?

Décidément...

    - Elle peut toujours crever pour que je revienne vers elle, de toute !

Le sort semblait s'acharner et Senji quittait un bavard pour en retrouver un autre. Au fond, le problème ne venait-il pas de lui ? Peut-être que la jeune femme de tout à l'heure aurait éprouvé plus d'entrain à discuter avec un énergumène tel que Yoichi. Ce n'était pas un mauvais bougre, mais contrairement à son collègue, il avait tendance à se considérer un peu trop rapidement comme un ami pour son interlocuteur. Nul besoin d'engager la conversation, au moins : il s'en chargeait, et pouvait même assurer la suite au besoin. Mains dans les poches et immobile au pied du building dans lequel se trouvait son patron, Senji suivait des yeux son collègue tournant en rond devant l'entrée. Lorsqu'il vit Yoichi s'arrêter cependant pour le fixer par la suite, Senji eut comme un mauvais pressentiment, assurément justifié.

    - Et toi, alors, côté cœur, ça donne quoi ?

Détourner les yeux à la suite d'un soupir fut la seule réponse que le Yakuza daigna accorder à l'autre. Quand bien même il serait dans les habitudes de Senji d'exposer ses sentiments, il ne le ferait très certainement pas à Yoichi, véritable commère du clan. C'est à la suite de cette question toutefois, que Senji put remarquer - une fois de plus -, l'inconnue qu'il avait croisé plus tôt. D'un pas relativement rapide et déterminé, elle parcourait la même rue que lui mais se trouvait sur le trottoir d'en face. Dans sa précipitation pourtant, elle ne manqua pas de trébucher et attira, par la même, l'attention de Yoichi qui profita de l'occasion pour apporter un énième commentaire.

    - Ouch... 'tain, elle s'est pas loupée.

La détermination dont elle avait fait preuve jusqu'alors ne s'évapora pas immédiatement cependant, et la jeune femme se redressa pour aller s'assoir non loin, sur la chaussée, afin de réparer d'elle-même les dégâts qu'elle avait subi. Si Yoichi s'était déjà désintéressé de la scène afin de suivre des yeux diverses autres personnes en quête d'un scoop de plus, Senji ne parvenait pas à détourner les yeux de la jeune femme trop occupée à éponger, apparemment vainement, le sang qui s'écoulait de la plaie qu'elle s'était faite en chutant. Un nouveau soupir lui échappa et il se contenta de tendre sa main droite vers Yoichi sans même le regarder.

    - Mouchoirs, s'te plaît.
    - Hein ? Ah ! Mais.. ? Oooh ~

Revenant sur ses pas, Yoichi posa un paquet de kleenex dans la main du beau brun et arbora une mine qui ne pouvait qu'agacer prodigieusement Senji : de vains et inutiles encouragements en découlaient indéniablement.

    - Vas-y mon gars ! J'te regarde faire ! Je s...

Avant même qu'il ne termine, Senji traversait la rue pour rejoindre la jeune femme. A nouveau face à elle, il s'accroupit simplement et lança un coup d’œil à la blessure qu'elle s'était faite au genou, mais c'est sans qu'il ne s'aventure à prononcer un mot, que le jeune homme lui tendit simplement le paquet de mouchoirs. Avait-il véritablement besoin de parler, après tout ? Son attitude suffisait d'elle-même. Pourtant, un nouveau soupir lui échappa et un constat eut raison de son silence.

    - T'es le parfait p'tit boulet, toi, hein.. ?

De la bouche de n'importe qui, une telle remarque pouvait avoir l'allure d'un reproche, mais pour Senji, ce n'était qu'une observation qui ne souffrait d'aucune atténuation quelconque.
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki Hashimoto
Humaine

Humaine
avatar

Messages Messages : 25 Date d'inscription Date d'inscription : 18/02/2012

MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Lun 9 Juil - 14:58

Elle l'avait entendu et parfaitement même, là seule chose lui passant par la tête vu de baisser cette dernière et de soupirer. Il avait raison, elle avait lamentablement chuté après avoir vu quelqu'un, une simple personne avait réussi à la déstabiliser, même si au fond ce n'était pas une chose inhabituel, mais cela arrivait rarement dans un lieu ordinaire. Regardant à nouveau le bout d'acétate de couleur pourpre, Tsuki finit par le poser sur la chaussée, laissant le sang couler le long de sa jambe. Relevant les yeux, elle remarqua l'inconnu qui traversait l'avenue, pour s'arrêter devant elle en lui tendant un paquet de mouchoir.

"-Heu...merci"

Tsuki saisit l'emballage et sortit l'un des mouchoirs, avant d'appuyer à nouveau sur sa plaie. Elle n'osait plus le regarder et encore moins parler, et pourtant, la demoiselle n'avait qu'une envie: celle de s'excuser pour son comportement d'auparavant. Changeant le mouchoir, la jeune femme constata que le sang commençait à arrêter de s'écouler.

Elle fut surprise par la phrase qu'il lui proféra, Tsuki ne s'y attendait pas le moins du monde, et fut le sursaut qu'elle venait d'effectuer lorsqu'elle l'avait entendu parler, il devait savoir que cela l'avait consterné. Relevant les yeux vers son interlocuteur, elle resta muette devant lui, ne sachant pas quoi y répondre sur le coup. Il lui fallut plusieurs secondes pour reprendre le fil de ses pensées.

"- Ah..Hum, oui c'est vrai."


Maintenant c'était à son tour de ne rien exprimer, elle préférait se terrer dans un mur de silence que de conter à nouveau des idioties. La blessure finit par coaguler, laissant tout de même une trainée de sang sur le tibia de Tsuki, qui l'essuya rapidement. Elle se releva lentement pour éviter déchirer la fine croute qui c'était formée. La demoiselle tendit le paquet de Kleenex envers l'inconnu.

"-Merci beaucoup, ça m'a aidé et je suis vraiment navré pour les agissements dont j'ai fais preuve envers vous un peu plus tôt!"

Finalement, elle n'avait pas lui demandait si elle pouvait faire quelque chose pour s'excuser, la jeune femme s'en irait simplement et disparaitre de sa vie, du moins si le destin le lui permettait. Celui n'étant pas vraiment de son côté c'est dernier temps, le futur lui réserverait sûrement un autre tas de mésaventure.

"-Je voudrais juste répondre à votre phrase. J'approuve ce que vous dites, mais je suis ainsi. Je sais parfaitement que je risque souvent d'attiser les ennuis et que, comme vous pouvez le remarquer, je suis un vrai nid à problème, mais si je devais m'arrêter à de simple action, alors autant que j'arrête totalement de vivre et de sourire."

Tout le long de sa tirade, un simple sourire s'était affiché sur ses lèvres et le plaisir de la vie avait allumé une étincelle dans ses yeux. Tsuki ne voulait pas s'arrêter juste parce qu'elle ne connaissait pas les gens, ça pouvait paraitre stupide, voir même suicidaire selon l'occasion, mais la demoiselle ne voulait pas limiter son champ de vision à sa propre vie. Elle était née et elle allait vivre autant de chose qu'elle pouvait se permettre de faire.

"- Mais, met action de tout à l'heure n'était pas simplement de la découverte ou un moyen de passé le temps, j'ai été un peu brusque en vous abordant de cette manière et je le reconnais. Je ne vous connais pas et pourtant, je vous ai parlé comme si c'était le cas. Je comprendrais parfaitement que vous ne veniez pas à me pardonner, mais je préférais tout de même venir mettre les choses au claire."

Il ne l'écoutait sûrement déjà plus, mais au moins elle s'était excusée et pour elle, ça faisait beaucoup de chose.

"- N'allait pas croire que je vous ai suivit, je me suis juste dirigées par ici au hasard"

Maintenant, elle n'avait plus qu'à jeté les mouchoirs usagés et essayer de retourner chez elle.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   Sam 14 Juil - 8:37

Étonné de n'entendre que le silence, Senji détaillait son interlocutrice. Contrairement à leur première rencontre, intervenue il y a de cela quelques minutes, elle était bien moins bavarde et semblait même gênée, à en juger par son regard baissé et le sursaut qui, par la suite, avait suivi la prise de parole du beau brun. Loin de prendre mal la remarque qu'il avait exposé - du moins, apparemment -, la jeune fille le lui concédait même avant de se relever une fois la blessure arrangée. Toujours accroupi, Senji se contenta de récupérer le paquet de mouchoirs qu'elle lui tendait à nouveau, et bien qu'il en ait la volonté, les propos de la demoiselle l'intriguèrent assez pour lui ôter toute envie de se redresser pour rebrousser chemin. Elle s'excusait pour les agissements passés ? Mais de quoi pouvait-elle bien s'excuser ?

Comme s'il lui fallait rattraper le silence passé, la jeune fille retrouva l'usage de la parole et commença à lui exposer ses pensées, comme si elle éprouvait le besoin de se justifier alors même que le Yakuza n'avait été nullement froissé par son attitude. Étonné peut-être, intrigué tout au plus. Une pause, un sourire persistant et la demoiselle reprenait la parole à deux reprises encore, sans qu'il ne s'aventure à prononcer un seul mot. Parfaitement neutre, Senji l'écoutait simplement sans détourner les yeux, sans même chercher à s'occuper d'une quelconque façon que ce soit. Pour une fois, il se montrait un tant soit peu attentif, mais il le lui devait bien, au fond : n'avait-il pas paru désagréable, quelques temps avant, pour qu'elle se sente obligée de lui faire part d'une telle explication ?

Interdit jusqu'alors, Senji ne put empêcher ses lèvres de s'étirer sensiblement en un sourire alors qu'elle semblait en avoir terminé avec son supposé règlement de compte. Ne pas la pardonner ? Mais de quoi parlait-elle ? Un soupir de plus lui échappa et lentement, le beau brun se redressa, comme amusé, soudainement, par la tournure des évènements.

    - Tu sais...
    - SENJI !

Coupé dans son élan, le Yakuza s'interrompit pour faire face à son collègue, de l'autre côté de la rue, s’époumonant vainement en agitant les bras, faisant ainsi état de toute la discrétion et le self-control dont il pouvait faire preuve.

    - Senji ! Rev'là le Boss ! Ramène-toi vite !!

Éphémère, le sourire du Yakuza s'évapora alors qu'il exécutait déjà quelques pas en arrière sans pour autant tourner le dos à la jeune femme.

    - Hn... J'dois y aller mais, euh... Te prends pas la tête pour c'qu'est arrivé, ça roule pour moi, donc... A plus !

Sans attendre davantage, le beau brun fit volte-face et commença à rejoindre le trottoir d'en face ; à mi-chemin pourtant, il se retourna partiellement, haussant un peu la voix pour que la demoiselle l'entende.

    - Au fait : aujourd'hui, je suis garde-du-corps.

La question datait un peu, et la réponse, sans être tout à fait fausse, n'était pas totalement exacte non plus mais au moins, il lui avait apporté une réponse, aussi partielle puisse-t-elle être. Sans tarder, le Yakuza rejoignit son collègue une poignée de secondes environ, avant que son patron ne sorte du building dans lequel il s'était entretenu. A en juger par sa mine enjouée d'ailleurs, en grande partie dissimulée derrière les larges lunettes de soleil qu'il se refusait à retirer, les affaires avaient plutôt bien marché.

    - Un peu plus et tu te faisais remonter les bretelles, mon gars ! Eh, t'as son numéro, alors , héhé ?

Un murmure que Senji se borna à ignorer - comme la plupart des commentaires de Yoichi -, alors que, sans qu'une seule parole de plus ne soit échangée, la petite troupe se remettait en route afin de regagner les quartiers un peu moins glorieux de Shinjuku.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Untitled ~ | Pleine Lune [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jour 3 : la pleine lune, çà fait mal même chez les Miss !
» Pleine lune et maux de tête [PV Remus Lupin]
» Au bord du lac, un soir de pleine lune.
» La pleine lune 20% plus grosse que d'habitude !
» Simon's Cat !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opus Luna ::  :: Chiyoda :: Lycée Hibiya-
Sauter vers:  
Votez pour nous !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com