AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Yuuko ~ Blablablabla

Aller en bas 
AuteurMessage
Yuuko Satô No Fujii
Lily

Lily
avatar

Messages Messages : 100 Date d'inscription Date d'inscription : 14/05/2010

Feuille de personnage
• Âge: 27 ans
• Relations:

MessageSujet: Yuuko ~ Blablablabla   Mar 19 Juin - 14:28





Nouvelle Lune

Nom : Satô Nô Fujii
Prénom : Yuuko
Surnom : C'est déconseillé, mais Yuu' ou Yu' pour les intimes. Mais on l'appelle plutôt Madame.
Âge : 27 ans
Date de Naissance: 11 Décembre
Signe Astrologique: Sagittaire
Préférence Sexuelle : Homosexuelle ; elle a plutôt l'habitude de dominer, mais être soumise ne la dérange pas.
Race : Ange ; Lily
Emploi : Propriétaire du Burlesque
Demi Lune
Forme démoniaque :
Lorsque pour la première fois je l’aperçue, j’ai cru que les effets du LSD que j’avais absorbé de longues heures plutôt ne s’étaient pas terminés. J’étais rentré dans le Cabaret pourtant fermé sous l’impulsion de quelques amis, et je l’avais découverte, là, assise à son piano. Elle avait tout d’un délire à l’acide, que j’avais d’ailleurs eu quelques heures plus tôt. Majestueuse, sa peau semblait teintée d’un vert pâle, qui tendait vers le crème. Ses cheveux s’étaient dotés de forme de tiges, ou peut-être de lianes, qui s’enroulaient autour des mèches,comme si elles avaient toujours été là, et qui parsemaient sa chevelure de points blancs, je sus plus tard que ce fût en vérité des clochettes de muguet. Par ailleurs, une odeur florale, lourde, presque asphyxiante, semblant envahir la pièce, et m’attirer étrangement à elle. C’est alors qu’elle releva les yeux, d’ordinaire mauves, ils s’étaient rapprochés d’un gris très pâle, parsemé de légères taches noires. Je fis un pas vers elle, et je discernais enfin les deux merveilles qui semblaient transpercer son dos, enchevêtrement de tiges, de feuilles et de muguet, probablement la raison de cette odeur persistante. Elle arrêta sa mélodie, et se redressa, me fixant avec un regard qui paraissait étonné, ce qui m’intrigua. Elle s’approcha alors de moi, semblant léviter sur ses deux colonnes de fleurs, et s’arrêta à ma portée. Elle me sourit, caressa ma joue de ses doigts frais, et se pencha à mon oreille, amusée. « Tu devrais arrêter le LSD. » Un rire cristallin s’échappa de sa gorge tandis que je voyais en effet un oiseau multicolore surgir de son dos. Elle quitta alors la pièce dans un regard pour moi, et je tombais au sol, avec la ferme résolution d’arrêter la drogue, immédiatement.

Caractère :
L’indifférence. Une pâle indifférence, ou tout du moins un reflet d’indifférence. Rien n’attire véritablement l’œil de la jeune femme, rien ne lui plaît, rien ne réveille son désir, son envie. Elle pense avoir tout vécu et en a été blasée. Les femmes, corps si appréciables par ailleurs, elle ne les tolère que vaguement. Evidemment, chacun à ses besoins, et elle n’hésite pas à séduire, pour se satisfaire, mais rien de cela ne lui plaît, ne l’excite. Il manque l’étincelle, le besoin, le manque, l’impression de mourir lorsque c’est fini, lorsque l’autre s’en va. Rapidement dénigrée par sa famille – sans qu’elle ne sût véritablement pourquoi – elle n’a pas l’habitude de tisser des liens, et place souvent un mur entre elle et les autres. C’est plus par habitude que par nécessité, par ailleurs, car elle n’a nullement peur d’être blessée, peut-être seulement de ressentir quelque chose. Elle craint à vrai dire de rencontrer celle qui la fera vibrer, celle qui réveillera son cœur froid, celle qui la fera vivre, si l’on veut. Ses amis sont rares, car elle n’accorde pas sa confiance facilement, et voit les autres êtres avec une méfiance continue. Peut-être est-ce à cause de sa maladie, mais elle a pris l’habitude de vérifier toujours deux fois les choses, d’éviter les endroits qui bougent, les endroits dangereux, la vie. Peut-être par peur de se blesser gravement, elle évite les moments où elle pourrait avoir une quelconque montée d’adrénaline qui lui ferait faire quelque chose de stupide, et risquer bêtement sa vie. Elle ferait à vrai dire tout pour protéger ses mains, qui sont un véritablement trésor, car elle est pianiste talentueuse.

Particularités :
Elle fait beaucoup plus jeune que son âge, mais ne vous y méprenez pas : elle a bel et bien 27 ans. Elle est aussi atteinte de la maladie des os de verre, ce qui fait qu'elle évite généralement les situations dangereuses. Elle boite également, à cause de son accident, et se balade toujours avec une canne, sans laquelle elle marche très difficilement.

Lune Gibbeuse
• Prénom: Evidemment qu'j'en ai un.
• Âge: Ben ...
• Votre expérience rp : Ca dépend des points de vue.
• Comment avez-vous connu le forum? Joker ?
• Référence de l'Avatar : Lacie Baskerville ; Pandora Hearts
• Code du règlement : Validé par le frelon /o/


Dernière édition par Yuuko Satô No Fujii le Mar 19 Juin - 20:18, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuko Satô No Fujii
Lily

Lily
avatar

Messages Messages : 100 Date d'inscription Date d'inscription : 14/05/2010

Feuille de personnage
• Âge: 27 ans
• Relations:

MessageSujet: Re: Yuuko ~ Blablablabla   Mar 19 Juin - 14:28

Acte I : « The cruelty of Life ~ »



Ce ne fut qu’un crissement de pneus, un cri du trottoir, et puis la douleur soudaine, qui s’incruste dans vos os et dans votre chair. Le sang, le sang, et puis le vide. Blackout. Un seul souvenir collé sur les rétines, ce 4x4 qui ne ralentit pas, et qui concrétisa ce que, depuis toute petite, elle avait toujours évité.

Blâmer quelqu’un serait peut-être abusif, mais ce tragique accident fut cependant le résultat d’une malheureuse dispute. La petite fille, cadette, avait toujours été perçue différemment par ses parents. Déjà, elle ne ressemblait en rien à ses sœurs, ni à ses mères. Fille de la favorite, elle avait cependant toujours eu un statut supérieur aux autres, et ce malgré, dès sa naissance, sa condition physique. Rapidement diagnostiquée avec la maladie des os de verre, la petite fut élevée dans un cocon fermé qui lui empêcha de découvrir le monde. Elle dut se résoudre aux livres, aux objets sans dangers, alors que déjà ses sœurs apprenaient à vivre. Malgré tout, ces parents ne semblèrent l’aimer comme elles aimaient les autres, peut-être car leurs espoirs avaient été anéantis. Elle avait 16 ans, lorsqu’une nouvelle fois, elle se révolta contre l’autorité parentale. Elle voulait sortir, explorer la ville, rencontrer des gens, se mêler à la population. Qu’importait sa maladie, elle ne comptait pas se faire écraser. La dispute fut violente, des mots regrettables furent échangés, et malgré l’avertissement de ses mères, Yuuko ne put s’empêcher de franchir les portes, voulant s’en aller le plus loin possible de ce cocon qui l’avait privée des plaisirs de la vie. Elle courut, pleurant, et traversa cette malheureuse route, bouleversée. Impact.

La douleur, rapidement insoutenable, la fit s’évanouir. Elle n’entendait plus les cris, elle ne sentait plus le sang s’écouler, n’avait pas conscience de sa jambe broyée et de sa colonne fracturée. La joue reposant mollement sur le goudron, elle ne se sentit pas transportée. Probablement que son cœur s’arrêta, avant que les secouristes ne le redémarrent, et ne l’hospitalisèrent d’urgence. Le nécessaire fut fait, et bienheureusement – ou malheureusement, tout dépend des points de vue – la jeune femme fut sauvée, mais à quel prix. De nombreuses broches pour stabiliser sa jambe, un corset de plâtre pendant de nombreux mois, le temps que la fracture des vertèbres de son bassin se soigne. Une cicatrice malheureuse s’étendant de la moitié de son dos jusqu’à sa hanche, barrant en largeur la majeure partie de sa peau. Si son dos, après de nombreux mois d’immobilisation, fut rétabli, sa jambe elle jamais. Evidemment, elle peut marcher, plier son genou, mais elle ne peut pas vraiment s’appuyer dessus, sous peine de s’écrouler. Elle ne put à vrai dire survivre à ces longs mois d’immobilisation que grâce à deux choses : la morphine, et la musique. Déjà pianiste depuis le plus jeune âge – car sans danger – elle se mit à composer, et à chanter. Superbe voix rauque, tremblante, parfaite pour chanter le jazz, le blues, qu’elle compose à merveille, par ailleurs.






Dernière édition par Yuuko Satô No Fujii le Mar 19 Juin - 20:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuko Satô No Fujii
Lily

Lily
avatar

Messages Messages : 100 Date d'inscription Date d'inscription : 14/05/2010

Feuille de personnage
• Âge: 27 ans
• Relations:

MessageSujet: Re: Yuuko ~ Blablablabla   Mar 19 Juin - 14:29

Acte II : « Burlesque »



Birds flyin' high, you know how I feel … Sun in the sky, you know how I feel … Breeze driftin' on by you know how I feel … It's a new dawn, it's a new day, it's a new life for me … Yeah, it's a new dawn, it's a new day, it's a new life for me, ooooooooh ... And I'm feelin' good. ~

Une fois n’est pas coutume, ses mains tremblaient. Elles tremblaient du manque, de la pseudo douleur, du besoin de s’envoyer dans les veines une nouvelle dose de ce poison si utile, mais si destructif. Mais elle devait jouer. Elle devait chanter cette chanson, clôturer le spectacle, permettre à sa meilleure danse de se dévêtir sur une musique langoureuse, si connue, si jazz. Et elle semblait le faire à merveille. La voix rauque retentissait dans le silence absolu, les yeux mauves fixaient le clavier, s’empêchant la moindre fausse note, le moindre écart dû à ses tremblements. Plus rien ne lui plaisait, mais être là, ce silence, cette tension qui prenait les spectateurs, qui les tenait en haleine, les couches de vêtement tombant avec lenteur sur le sol, ça, ça la faisait vibrer. Le plaisir d’entendre sa voix, la musique, si parfaite, d’imaginer le corps sublime se dévoiler au fil des notes, tout cela satisfaisait pleinement la pianiste.

Fish in the sea, you know how I feel … River runnin' free, you know how I feel … Blossom on the tree, you know how I feel … It's a new dawn, it's a new day, it's a new life for me, And I'm feelin' good.

Cela faisait déjà cinq ans qu’elle était rétablie, ou du moins en partie, de son accident. Ses os s’étaient refixés, sa peau avait cicatrisé. Bien sûr l’accompagnait sa fameuse canne, en bois d’ébène, et avec un pommeau gravé en argent. Le lien avec ses parents s’étaient définitivement rompu, et elle avait exploré avec prudence les méandres du monde et du plaisir. Jusqu’à l’overdose. A présent, elle recherchait vainement ce qui pourrait la stimuler à nouveau, réveiller son esprit écrasé par chaque dose de morphine dont elle ne peut se défaire. Ce n’est pas faute d’avoir essayé, par ailleurs, mais la souffrance était telle qu’elle n’arriva jamais à venir à bout de son sevrage.

Dragonfly out in the sun, you know what I mean, don't you know … Butterflies all havin' fun, you know what I mean … Sleep in peace when day is done : that's what I mean … And this old world is a new world and a bold world for me.

Malgré son jeune âge, elle avait acquis cet ancien club, et l’avait entièrement rénové. Pour cela, elle avait pu compter sur les derniers fonds que ses mères lui avaient cédés, sachant qu’elle en aurait certainement besoin pour vivre. Le début fut certes difficile, mais le côté européen, et exotique, entraîna beaucoup de gens au sein de son cabaret, ce qui lui permis, non seulement de mieux vivre, mais également d’embaucher plus de danseuses, et d’avoir plus de succès, donc plus de numéros. La lumière tremblait un peu, ainsi que sa voix. Le soutien-gorge était déjà tombé, dévoilant une paire de seins blancs, et deux caches téton pailletés. L’Ange savait que le public souriait, comme tous les soirs. C’était le moment qu’ils préféraient le plus, car le string pouvait tomber, ou pas. Tout dépendait de l’humeur de la danseuse. Yuuko osa un regard avec elle, et esquissa un sourire. C’était un de ces soirs.

Stars when you shine, you know how I feel … Scent of the pine, you know how I feel … Yeah, freedom is mine, and I know how I feel … It's a new dawn, it's a new day, it's a new life for me … And I'm feelin'... good.

Grand final, les tompettes tremblent, la batterie éclate. Et le string tombe. Exclamations du public, applaudissements, et un léger sourire vint se nicher sur les lèvres de Yuuko, alors que le lourd rideau pourpre tombait sur la scène. Elle se releva, et attrapa sa canne, se dirigeant lentement vers les coulisses alors que les artistes se précipitaient sur scène pour saluer. Encore un succès, encore une promesse pour l’avenir : Burlesque sera encore plein demain.






Dernière édition par Yuuko Satô No Fujii le Mar 19 Juin - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuuko Satô No Fujii
Lily

Lily
avatar

Messages Messages : 100 Date d'inscription Date d'inscription : 14/05/2010

Feuille de personnage
• Âge: 27 ans
• Relations:

MessageSujet: Re: Yuuko ~ Blablablabla   Mar 19 Juin - 14:29

Acte III : « Just another day ~ »



Yeah,i’ll travel from main to mexico … Just to find a little girl that loves me so … No matter when, no matter where i’ll be … I’m looking for a woman that’ll satisfy me.

La musique tournait dans l’ensemble du bâtiment. Pas le bon genre pour se dévêtir, mais assez agréable à écouter en d’autres circonstances. Assise dans un fauteuil en cuir dans un coin de la salle, l’Ange avait sorti un petit attirail de seringues, et de fioles. Elle préleva sa dose habituelle de morphine, et se fit un garrot sur le bras, faisant ressortir ses veines déjà martyrisées. Sans y faire attention, elle planta l’aiguille dans sa peau, et injecta lentement le poison qui bientôt, anéantirait sa douleur certes, mais aussi détruirait, lentement mais sûrement, les cellules de son cerveau. Elle savait qu’il était nécessaire qu’elle arrête la morphine un jour ou l’autre, sous peine de finir comme un légume, puisque son cerveau serait anéanti, mais elle n’avait pas la force. Elle retira l’aiguille, et l’enleva de la seringue, prête à la jeter.

« Vous devriez peut-être arrêter ça … »

La voix venait de derrière elle, et elle tourna la tête pour fixer une de ses danseuses, un sourcil haussé. Elle la transperça de son regard, ce qui sembla la faire frémit, et attrapa finalement le verre de whisky qu’elle lui apportait, se tournant à nouveau. Pas qu’elle l’ignorait, non, mais il y avait des choses dont elles ne devaient pas se mêler, et c’en faisait partie. Elle but alors une gorgée de l’alcool ambré, et finit de ranger sa drogue, la replaçant bien en sécurité dans un sac. Elle s’enfonça alors un peu plus dans le fauteuil, et soupira de bonheur en sentant la souffrance disparaître, étirant sa jambe. Elle constata que ses mains ne tremblaient plus, et en profita pour se relever, s’aidant toujours de sa canne, et se dirigea vers la scène, son verre dans la main libre. Elle grimpa les marches, et s’installa au piano, appuyant sa canne sur le bord.

Your eyes may be whole … but the story I'm told … is that your heart is as black as night … your lips may be sweet … such that I can't compete … but your heart is as black as night.

Ses doigts couraient sur les notes noires et blanches, faisant résonner dans la salle une musique langoureuse. Les danseuses s’étaient arrêtées, et écoutaient dans un silence presque religieux la voix rauque et tremblante de l’Ange, qui finalement, ne cessait de les étonner. Se laissant porter par sa mélodie, Yuuko ne faisait guère attention à ce qui l’entourait, si bien qu’elle n’entendit pas la porte s’ouvrir. Alors que toutes les personnes s’étaient retournées vers l’intrus, la brune elle, continuait son morceau, sa chanson d’amour, écrite sans raison, ou tout du moins sans qu’elle ne s’en souvienne.

I don't know why you came along … at such a perfect time … but if I let you hang around … I'm bound to lose my mind … cuz your hands may be strong … but the feeling's all wrong … your heart is as black as night …

Elle s’arrêta finalement, laissant sa voix en suspend. Une odeur de muguet, qui n’était pas la sienne, avait envahi la salle. Une odeur qu’elle connaissait bien, puisqu’elle appartenait à sa mère. Elle releva les yeux, et fixa l’Ange qui applaudissait avec lenteur, certainement ironique. Plissant légèrement les paupières, Yuuko se redressa, et finit par se relever, s’aidant de sa canne pour aller rejoindre sa mère.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

Elle l’observa, attendant sa réponse. Elle ne la voyait que très rarement, et c’était souvent dû au hasard, ou tout du moins c’était ce qu’elle croyait.

« Ta mère est morte. »

Elle ne cilla pas, paraissant tout à fait calme. Peut-être l’effet de la morphine, mais la douleur ressentie à cette annonce s’effaça en quelques secondes. Peut-être parce qu’elle ne l’avait pas connue plus que ça, peut-être parce qu’étrangement, voir sa mère si mal en point – car elle le remarquait à présent – lui faisait plaisir. Elle resta ainsi, à l’observer dans un calme olympien, à la voir se décomposer lentement.

« Et alors … ? »

Ce fut un peu comme la goutte d’eau. L’air révolté de sa mère, la main qui vola, giflant Yuuko avec tant de force qu’elle s’en retrouva par terre. Elle gémit de douleur, et essaya de se redresser un peu, alors qu’elle voyait sa génitrice s’éloigner lentement, furieuse, démolie par le chagrin, comme jamais elle ne l’avait vue, ce qui confirma bien ce qu’elle avait toujours pensé. Elle était capable d’aimer, elle pouvait être tendre, passionnée, mais avec elle, jamais. Cette constatation sembla lui rajouter un poids sur le cœur, alors que la porte de l’établissement se refermait enfin, et que les danseuses se précipitaient vers leur patronne pour l’aider à se relever.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Yuuko ~ Blablablabla   Mer 20 Juin - 8:55

Eeeet tu es validée, la clochette (ouais, à cause du muguet, hem ~)
Félicitation, très belle fiche, personnage très intéressant à jouer et à côtoyer en rp j'imagine! *fan*

Bonne continuation parmi nous, la belle ;)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yuuko ~ Blablablabla   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yuuko ~ Blablablabla
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» blablablabla

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opus Luna ::  :: La Fosse aux Âmes :: Les Champs-Elysées-
Sauter vers:  
Votez pour nous !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit