AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Setsuko Akira

Aller en bas 
AuteurMessage
Akira Setsuko
Lovebird

Lovebird
avatar

Messages Messages : 12 Date d'inscription Date d'inscription : 16/11/2011

Feuille de personnage
• Âge: 19 ans
• Relations:

MessageSujet: Setsuko Akira   Mer 16 Nov - 20:36

Nouvelle Lune

Nom : Setsuko
Prénom : Akira (mais s’obstine à se faire appeler « Axel »… ou alors c’est le contraire)
Surnom : Axel, du coup, ou encore Setsuko-chan (qu'il déteste)
Âge : 19 ans
Date de Naissance: 9 novembre
Signe Astrologique: Scoprion
Préférence Sexuelle : Bisexuel - Seme, mais il est ouvert d’esprit
Race : Lovebird, Balbuzard pêcheur
Emploi : Barman à Kousokou (il a très probablement menti sur son âge pendant l'entretient d'embauche)
Demi Lune
Apparence démoniaque :

Le Balbuzard est à l’origine un rapace bicolore. Son ventre et sa tête sont blanc, ainsi que le dessous de ses ailes, mais leur dessus et le dos sont noir et se prolonge en trace sur ses yeux. Une fois en couple, il le reste pour la vie, et reconquiert son partenaire tous les ans. Ce qui a fortement surpris ses pères à la naissance d’Akira, c’est que… non pas blanc, il est rouge. Un rouge flamboyant, presque luminescent. Mais pas une trace de blanc. C’est fort interloquant, mais le résultat inspire le respect malgré tout.

A la pleine lune, comme tout démon qui se respecte, Akira ne contrôle plus sa nature et reprend son apparence originelle. Mais il se trouve que celle-ci est plutôt diluée chez les Setsuko. Nous allons voir ça.

Déjà, le visage ne subi presque aucune transformation. Ce n’est pas vraiment un détail, mais seuls les yeux se modifient. Chez Akira, ses iris se spiralisent. Chaque strate d’un vert de plus en plus clair et phosphorescent à mesure qu’elles s’écartent d’une pupille noir de jais. Ce changement produit un effet des plus troublants : les yeux du démon semblent luire, comme s’ils produisaient de la lumière. De tels yeux ne font pas que vous regarder. Il vous transpercent, ils vous trouent la peau et observent minutieusement votre âme. Et puis il y a ces marques noires qui semblent sortir de la nuque et se prolonger sur ses yeux, ce qui renforce considérablement leur effet bluffant.

Mais ce n’est pas tout. Les doigts s’affinent et se recourbent légèrement, pour se terminer non plus pas des ongles mais des serres aiguisée. Ce phénomène en particulier est très problématique pour toucher les choses, et surtout les gens, alors les Setsuko tentent d’éviter d’approcher les gens. Seulement c’est à ce moment là que leur libido déjà incroyable à la base s’affole au point de leur faire perdre complètement la tête et résister à une telle tentation tous les mois est une véritable épreuve, un combat acharné de la raison contre l’instinct.

Pour le reste du corps, le pourtour de ses ailes se recouvre de fine plume d’un noir intense. Celles du dessus des ailes sont de ce même noir si profond, tandis que celles du dessous… sont de ce fameux rouge agressif, éclatant, incandescent. Comme des braises mourantes. Il en va de même pour la queue de longues plumes sans laquelle il ne pourrait pas se diriger en plein air. Si son dessus est noir, son dessous rouge.

Du reste, les Setsuko sont des balbuzards, des rapaces. Ils possèdent donc un avantage certain en rapidité, en combativité et en force brute. Ca leur ait même un peu monté à la tête et ils considèrent assez facilement qu’ils vont remporter un combat. Et le pire… c’est que ça se passe souvent comme ça. Pour Akira, qui a déjà du combattre à la pleine lune pour des raisons diverses et variées, il n’y a aucune défaite au tableau. Le moins réussi sont les match nuls.

On peut le dire, la transformation, bien qu’impitoyablement voyante, est plutôt diluée pour Akira. Plutôt qu’un démon, quand il prend son envol en un battement d’aile puissant et majestueux, on le prendrait pour un être tombé droit des cieux.



Caractère :

Impossible de parler sérieusement d’Akira sans évoquer Ren. Mais nous y reviendrons pourtant un peu plus tard. Pour commencer, Akira a une fâcheuse manie : il renie son prénom. D’après lui, il s’appelle Axel, point. Pourquoi ? Qui sait ? C’est peut-être un délire d’enfant qui est resté ? Peut-être une perpétuelle mauvaise blague ? Ou peut-être une conspiration montée contre lui dans le but de lui faire croire qu’il s’appelle Akira, et non Axel, mais qui de toute évidence aurait échoué ? Ne riez pas, très cher, car si ça peut vous sembler aberrant, stupide, paranoïaque, c’est en réalité une hypothèse parfaitement plausible chez les Setsuko. Qui diable voudrait monter un bateau pareil, et surtout pourquoi ? Mais pour s’amuser, voyons ! Vous saisissez ? Les Setsuko ont une notion bien à eux de ce qui est amusant ou non. Quoiqu’il en fut à l’origine, le prénom officiel d’Akira - celui présent sur les documents, celui qu’il doit mettre sur son CV, celui de sa carte d’identité - c’est bien Akira. Ce qui fait qu’il est bien obligé de se désigner lui-même ainsi. Et bien sachez que ça le met toujours d’assez mauvaise humeur pour les quinze prochaines minutes. Imaginez à son travail : Akira par ci, Akira par là… Il a eut vite fait d’expliquer à ses chers collègues qu’ils devaient l’appeler AXEL. Il y a bien sûr les réfractaires, ceux qui trouvent ça particulièrement divertissant de le héler malgré tout AKIRA. Et bien dans ces cas là… Oh, comme c’est étrange ! Axel ne se reconnait pas, et ne répond donc pas.
Ensuite… Le rapport à la famille. Bon, déjà, la famille, bien que ce ne soit pas réellement en rapport avec la psychologie. Parce que quand même, on a fait plus simple que chez les Setsuko. Reiji, le père démoniaque, s’est lié à Rin alors que celui-ci était marié, et avait trois enfants (mais disons que la quelques Setsuko sont passés par là et cette femme n’a plus du tout été un problème). Une fille, Yuka, ainsi que deux garçons, Shiki et Riku. Tout ce beau monde est donc la demi-fratrie d’Axel et Ren. Eux, fils de Reiji et Rin, sont -étaient - jumeaux. Voilà pour ce qui est de la famille. Et estimez-vous heureux, vous avez eut la version courte. Donc, le rapport avec la famille. Et bien déjà, avoir une sœur - même si ce n’est au niveau du sang qu’une demi soeur - permet d’avoir un point de vue plus riche quant aux femmes en général. Parce que je ne vous cache pas qu’elles sont tout à fait méprisées, dans la famille. Enfin, Reiji a apprit à relativiser les choses par amour, et a transmis à ses fils une ouverture d’esprit que les Setsuko n’ont pas toujours eut. Avoir des frères et sœur humains, c’est ce qui fait en partie la plus notable différence entre Axel et un autre Lovebird. Les êtres humains ne croient plus du tout à l’amour unique, l’âme sœur, l’être qui est fait pour vous et qui vous suivra toute votre vie. C’est complètement utopique. Yuka, Riku et Shiki n’ont pas été élevé comme Axel et Ren. Et leur façon de penser une relation amoureuse, très humaine, a affecté quelque peut les jumeaux démoniaques. Bien évidement, Axel n’a pas renié tous les principes de sa race. Ils sont inscrits dans ses gênes. Mais il ne s’est pas vraiment bougé les fesses non plus pour trouver son âme sœur. Pas du tout, même. D’ailleurs, les enfants, il peut pas les supporter. Ca lui viendra sûrement avec le temps, mais là, il a 19 ans, même pas encore majeur (NdA : majorité japonaise = 20 ans =D), et les gosses… Ca va deux minutes s’il faut jouer avec, mais en avoir, pas question. Comment fait-il les soirs de pleine lune, quand il ne contrôle plus du tout sa libido ? Mais les préservatifs, c’est fait pour ça nan ?
Sans ça, en tant que personne, Axel est plutôt du genre fantasque. On dit de lui qu’il est sympa, marrant, extraverti. En fait, il attire naturellement les gens à lui. Se faire des amis, c’est un jeu d’enfant. Le problème ? Aucun de ces fameux « amis » n’a de réelle importance pour le rouquin. Là, c’est cool. Pas là, tant pis. Evidement, il garde ça pour lui. Il y a autre chose : il a tendance à manipuler ceux qui l’entourent. La famille exclue, il est bien obligé de dissimuler son véritable jeu derrière un rien de faux semblant, puisque rien ou presque ne lui soulève d’émotion. Finalement, faire mumuse avec les sentiments des autres, essentiellement pour s’en faire apprécier, est devenu un talent à part entière pour lui. Parfois, il a l’impression que son cœur est vide. Encore une fois : en dehors de la famille, il n’est attaché à presque personne. Les gens qui constituent sa bande d’amis n’ont pas de valeur à ses yeux en tant que tel. Il a également quelques tedances pyromanes, mais généralement ça ne se voit pas au premier coup d'oeil.
Bien, nous avons vu une belle partie de la psychologie d’Axel. La majorité, pourrait-on croire. Mais pas réelement, en fait. Comme je l’expliquais au début : on ne peut pas parler sérieusement d’Axel sans évoquer Ren (bien qu’il fasse, ou faisait, un foin terrible pour qu’on prononce « Reno »). Ren est (était) donc son frère jumeau. Il se s’entendent (s’entendaient) pas particulièrement bien, ne sont (n’étaient) pas des siamois, et surtout n’ont jamais vérifié la moindre théorie fumeuse sur les liens psychiques entre jumeaux. Ils se ressemblent (ressemblaient) juste comme deux gouttes d’eau. Oh… Vous avez remarqué que je mets des verbes à l’imparfait entre parenthèses ? Bien que ça rentre dans la psychologie, nous verrons cela dans l’histoire. Bref. Cependant, après ce qu’il s’est produit il y a quatre ans, ils ne se sont plus quitté. Ou plutôt, ils ont été violemment arrachés l’un à l’autre avant de ne plus se quitter. Plus vraiment.
Ca vous intrigue ? Je reconnais qu’on y comprend pas grand-chose dans l’état actuel, je vous invite donc à vous jeter sur l’histoire =D
Pleine Lune
Histoire :

Axel ouvrit paresseusement les yeux. Lever les bras et s’étirer fut relativement pénible, mais il était encore trop goudronné pour s’en rendre compte. Il voyait flou, entendait comme s’il était sous l’eau, n’avait pas vraiment de sensation tactile… Bah, lendemain de cuite, quoi. Bon, il n’avait pas l’air d’être chez lui. Ca, c’était pas cool. Il fallait qu’il se souvienne de sa soirée. 1) Où était-il allé ? Nulle part, il était resté sur son lieu de travail. Le patron avait organisé une « petite » fête… Bon, 2) Qu’est-ce qu’il avait fait ? Il s’était torché la tronche… 3) Avec qui ? Ouille, là ça devenait compliqué. Il revoyait assez bien ses collègues se bourrer la gueule avec lui, plus quelques personnes extérieures qui avaient été invitées… Un mec de ceux là avait été plutôt mignon, et Axel aurait bien « approfondi » leur relation si… Si Yuka n’était pas arrivée comme une furie. En effet, à bien y regarder, il était vautré sur le canapé du salon, dans le petit appart de sa frangine humaine. Elle, par contre, n’était pas là. La veille, elle était donc arrivée comme une furie et avait trainé Axel dehors. Elle n’aimait pas qu’il boive, encore moins qu’il se soule, et SURTOUT pas dans une boîte de nuit clandestine (même s’il y travaillait). Elle lui répétait sans cesse que, même si elle savait qu’il serait mieux dans un lycée ou une université, elle le laissait faire parce que ce n’était pas ses affaires, mais ne se gênait pas pour intervenir quand ça ne lui plaisait pas. Enfin. Une fois redressé, Axel put prendre pleinement conscience de son besoin imminent d’aspirine, et se leva sans attendre pour foncer à la salle de bain. Il ouvrit le placard au dessus du lavabo comme s’il était chez lui, fouilla, trouva son bonheur, et l’avala tel quel. Un bruit de clé retentit au loin, sans doute Yuka qui rentrait. En refermant le placard, le rouquin sursauta. Le battant faisant office de miroir, il s’attendait à y trouver son seul reflet, pas un autre juste derrière lui.

    « Oh… Je t’ai fait peur ? Tu me sens plus arriver ou quoi ? »

    « Salut à toi aussi, Reno »

    « Axel ? A qui tu parles ? »


La tête de Yuka passa par l’entrebâillement de la porte, et observa son frère démoniaque avec des yeux clair grands ouverts. Setsuko Yuka, adoptée par Setsuko Reiji il à l’âge avancé d’un an et demi à peine, actuellement âgée de 20 ans… mais seulement phisyquement.

    « A personne, t’as du rêver »

    « Hey, comment ça, personne ? » fit Reno faussement vexé


Yuka émit un « hum » peu convaincu avant de disparaitre. Axel en profita pour adresser un regard en biais à l’autre rouquin, qui leva les mains, comme disant « J’y suis pour rien ». Puis, sentant déjà le médicament faire effet - ou alors c’était l’effet placebo - il sortit de la salle de bain, traversa un couloir, et regagna le canapé du salon. Yuka était dans la cuisine - il la voyait d’ici car c’était une cuisine à bar américain - et déballait des courses.

    « Je t’ai acheté des glaces à l’eau de mer* »

    « Ah ? C’est cool, merci »

    « T’aura qu’à les prendre en partant, moi je mange pas de ces trucs… D’ailleurs y a que toi qui peux avaler ça. Toi et… »


Il y eut un moment de silence. Axel aurait probablement compris de quoi il retournait d’ordinaire, mais pas dans le coltard de sa gueule de bois.

    « Moi et… ? »


Yuka hésita, suspendit sa main juste avant de ranger un paquet de salade au frigo.

    « Toi et Ren »


Ces trois mots jetèrent un froid polaire sur l’appartement.

    « C’est pas Ren, mais Reno »

    « En effet » lança Axel tant pour l’un que pour l’autre


Ca faisait quatre ans maintenant qu’Axel et Reno - de leurs noms officiels Akira et Ren - n’avaient plus mangé de glaces à l’eau de mer ensembles. Et pour cause.

    « Tu sais… » fit Yuka en revenant vers son frère, puis s’asseyant à côté de lui « … si tu veux en parler, je suis là »


En parler ? Mais pour dire quoi ? Reno assis sur la table basse en fasse d’Axel, détourna doucement la tête, soudain sérieux.

    « C’est vrai, après tout… On nous a complètement mis à l’écart. Je ne sais pas comment ça… s’est passé »

    « C’est parce que vous êtes humains, frangine »


Yuka avait plongé ses grands yeux dans ceux d’Axel. Dur dur de rester concentré entre ça les bourdonnements dans la tête.

    « Ils ont eut… un accident de voiture »


Surprise totale chez Yuka

    « A 15 ans ? »

    « C’était pas Reno qui conduisait… Il est pas mort immédiatement. En fait il s’en ai plutôt bien tiré… Mais son mec, lui, il était dans le coma. Les médecins lui donnaient plus que quelques jours, voir heures, alors… »


Axel se tut, et Yuka acquiesça silencieusement. Elle connaissait les grandes lignes : quand le compagnon d’un Lovebird meurt, il meurt. Ren avait donc commencé à se laisser mourir, et tout ce qu’avaient tenté les médecins n’avait pas ralentit sa décente aux Enfers. Seulement…

    « Seulement ça s’est pas déroulé aussi simplement que ça aurait dût » termina Reno dans la parfaite continuité des pensées d’Axel.


Yuka ne lui prêtait aucune attention. Normal. A force de refuser de manger, de trafiquer ses doses de calmants, de s’empêcher de dormir, Reno avait finit par perdre la tête. Et Axel y avait assisté sans pouvoir faire quoique ce soit. Un soir, alors qu’ils étaient seuls dans la chambre du jumeau agonisant, celui-ci avait été pris d’une sorte d’éclair de lucidité, ou alors de folie pure. Il avait sauté sur Axel, l’avait agrippé de toutes ses forces, secoué comme un prunier… En psalmodiant comme un dément…

    « ‘‘Je veux pas mourir… » entonna le Ren assis sur la table basse, comme un refrain qu’il connaitrait par cœur. « … Fais quelque chose, Axel, mais je veux… pas mourir’’ »


Akira n’avait rien fait. Ren était mort.

    « Et le plus horrible… C’est que l’autre s’en est sortit. Il s’est réveillé trois mois plus tard… Reiji l’a fait sortir de l’hôpital, et on a procédé à la mise à mort rituelle. Elle dure une lune complète, 28 jours. On l’a affamé pendant trois semaines, puis drogué pendant la dernière, et enfin, le dernier jour, on lui a fait faire une overdose de morphine. ‘‘En douceur’’, comme dit Reiji »


C’avait été principalement Axel et son père démoniaque, Reiji, qui s’étaient occupés de la cérémonie. Chez les Setsuko, on estimait que l’agonie du compagnon humain devait retracer celle de quelqu’un qui se laisse mourir. On recréait le mal être, la souffrance mentale avec les drogues, et la faiblesse la douleur physique avec le jeûne.

    « Oh… » fit seulement Yuka, bien qu’on entendait sa gorge serrée dans sa voix. « La mise à mort rituelle, c’est… toujours comme ça ? »

    « Oui »


Axel tourna ses yeux au vert embué par la gueule de bois vers la table basse. Reno était toujours assis là, et leurs regards se croisèrent. Les premiers jours qui avaient suivit la mort de son jumeau, ça avait vraiment inquiété Axel de le revoir. Surtout qu’il viellissait avec lui. Mais ce n’était plus vraiment le cas. Il avait longtemps cherché la réponse et l’avait trouvé dans un terme.

Schizophrénie simultanée.





* Pour ceux qui n'ont pas compris, c'est juste un clin d'oeil par rapport au jeu d'origine du perso


Lune Gibbeuse
• Prénom: Lécimal
• Âge: 17 ans
• Votre expérience rp : Bonne ? (s’est pas facile de s’auto-évaluer objectivement…)
• Comment avez-vous connu le forum? De partenariat en partenariat, et je me suis arrêtée ici
• Référence de l'Avatar : Axel de Kingdom Heart
• Code du règlement : La lune est le soleil des statues




Dernière édition par Akira Setsuko le Jeu 1 Déc - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akira Setsuko
Lovebird

Lovebird
avatar

Messages Messages : 12 Date d'inscription Date d'inscription : 16/11/2011

Feuille de personnage
• Âge: 19 ans
• Relations:

MessageSujet: Re: Setsuko Akira   Mer 16 Nov - 20:49

    Ayééé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Setsuko Akira
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vente de Tyranid...
» jeu de plateau à la maison Jeudi
» Blabla 2012, interdiction de flooder ailleurs MERCI !
» Prix tournoi
» bibliotheque manga...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opus Luna ::  :: La Fosse aux Âmes :: Les Champs-Elysées-
Sauter vers:  
Votez pour nous !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Jeux vidéo | Ikariam