AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]   Sam 19 Fév - 14:10

Ah, c'est agréable de travailler dans son atelier, d'être sa propre patronne. A l'heure actuelle, Tora'chan et moi-même nous travaillons sur les dernières commandes. Ma p'tite puce semble à ses aises, sur un ensemble "costard-cravate" pour une de ces choses nommés "Homme". Alala...comment suis-je censé à en vouloir à ma chérie d'aimer ces créatures immondes et dégoûtante ? Ah et, ne mettez pas Tora'chan dans le même panier de crabes nauséabonds que ces tarés ! Ma chérie, elle est douce, parfumée, et sensuelle. Tous l'opposé de ces "choses" voyons !
Moi ? Je suis tranquille sur une robe de soirée. De cocktail de nuit pour faire ma pointilleuse. Bon, pour l'heure, je viens de terminer le croquis de la tenue pour ma cliente. Elle semblait très sûr d'elle et de ce qu'elle désirait, tant mieux d'ailleurs...ma créativité n'en ai que renforcé.

Mais voilà, tout un coup, mon portable sonna. Une légère mélodie, du Era pour être précise, se fit entendre dans la boutique.
Je pensais vraiment avoir éteint mon phone ! Enfin, mètre autour du cou, aiguilles accrochées au porte-aiguille mit sous forme de bracelet, je quittais mon mannequin avec tristesse. Pfff...QUI peut bien m'appeler à cette heure-ci ? La boutique ne va pas tarder à fermer après tout !
Avec nonchalance, et une motivation proche du zéro qui faisait pouffer de rire ma Tora'chan, je décrocha. Faut chier...Fuhen. Qu'est-ce que ma chieuse de sœur me veut cette fois encore ? Elle n'était pas à une séance photo ?!


"Oui Fu'chan ? C'est pour quoi ?
- Yu'Nee ! C'est terrible !
- T'as manucure vient de lâcher ? Comme c'est triste, en effet."
rétorquais-je, acerbe.

Glissant mon portable dans une poche de mon jean tendance, fait main, je mit le kit main libre en place et attendit donc la réaction de ma petite-sœur, tout en retournant sur mes mesures de tissu.


"Non ! Pire encore !
- Tu viens de te faire jeter car, comme d'habitude, tu ne sais faire que du rentre dedans sans la moindre finesse ?
- Euh...Là, je me demande si tu n'es pas en train de te foutre de ma gueule Nee'san.
- Oh, tu crois ?"


Quoi ? On ne me dérange pas quand je bosse, bon sang de bonsoir de merde !
Un blanc se mit en place au téléphone...alors que je voyais ma pupuce se retenir d'éclater de rire...et se contenter donc d'un mouvement de tête de droite à gauche, un grand sourire amusé sur le visage. Et bien quoi ? Je suis siiii dure avec ma sœur adorée ?


"Toi, t'es en train de bosser : c'est ça ?
- Au vu de l'heure, je dirais oui. Un oscar mademoiselle, pour avoir trouvé ça toute seule ?
- T'es franchement, désagréable comme sœur, quant tu bosses. Bon, écoute, ce soir...il y a une soirée au WakuWaku !
- Et ? Tu sais bien que Tora'chan ne supporte pas cet endroit..."


Il faut dire qu'on n'a jamais laissé rentrer ma douce tigresse dans cette boîte de nuit...donc, je ne m'y rend que rarement. Que lorsque je cherche des..."proies" ? Mouis, on va dire cela ainsi.

"Je sais bien...Mais, roh ! Passe-moi Tora-chan."

Ni une, ni deux, je décrochais le kit et jeta l'appareil vers mon ange de collègue, qui encore heureux, était préparée à réceptionner l'engin.
J'ai repris toute mon attention sur ma robe, n'écoutant pas ce que les deux nenettes étaient en train de préparer. Grand mal m'en prit, voilà pas que Tora'chan me choppe le bras et me traîne loin de mon croquis, et de mes découpes de tissu !


"Hoy ! Tora'chan !!! Tu fais quoi là ?
- Ce soir, ma fille, tu sors avec ta sœur. L'entrée est gratuite, en raison d'une soirée tendance, avec concours de "Miss". En sommes, Fuhen veut que vous fassiez comme une "promo" du magasin, et j'encourage cette action.
- Hein ?"


Je dois paraître peut fine, mais là, ça fait beaucoup d'éléments à assimiler. Ma sœur veut m'offrir un moyen supplémentaire de mettre le Dreamed Dress en avant ? J'y crois pas...Elle a fumé quoi ? Sa moquette d'appart' ?
Bah, je n'ai pas trop-trop le temps de réfléchir. Tora'chan est déjà en train de choisir une tenue parmi les nombreuses déjà confectionnés, à ma taille, dans la boutique. Des articles qu'on utilise pour des séances photos, généralement, afin de faire notre book et la promo de nos produits. D'ailleurs, Kagetora-chan, Fuhen'chan et moi-même, nous servons de modèle...à quand une assistante pour nous permettre de gérer tout ça bon sang ?!

Enfin, je me laisse diriger par les mains expertes de mon humaine favorite.
Rapidement, me voilà dans une tenue qui reprend le style kimono. Une robe assez sexy, mettant ma poitrine en valeur. cintrée au niveau de la taille, elle épouse la forme de mes hanches, mon fessier et s'arrête à mi-cuisse. Là, elle me sort des escarpins dont les tons se marient parfaitement bien à ma tenue. Bon, il reste la coiffure, et le maquillage !

Un grand sourire illumine le visage de ma chérie, et la voilà à me traîner devant la boutique voisine, non sans fermé derrière elle le Dreamed Dress.
Il faut savoir que nos voisines sont coiffeuses/maquilleuses, et qu'ils nous arrivent de nous entraider pour nos promos respectives. Oui, on est gentille nous !
Après un brin de blabla, me voilà maquiller dans des tons légers, mais qui sublime mon visage : je l'avoue sans la moindre gêne. Mes longs cheveux sont retenus en un chignons complexes, d'où s'échappe nombre de mèches folles...alala, je suis à croquer mes filles !


"Bon ! C'est bientôt l'heure, alors, passe une bonne soirée la puce. Voici ton sac à main, il y a tes papiers et ton téléphone dedans. Éclate-toi bien !"

Après une bise sur la joue de ma bienfaitrice, et une salutations pour ses poupées de coiffeuses que je vous voudrais bien croquer, me voici à prendre le chemin vers l'arrondissement de Minato : en métro. Non, je n'ai pas ENCORE le permis...et laisser moi en paix à ce sujet.
Puis, je me rendit devant le WakuWaku, où ma chère sœur m'attendait. Elle, elle portait un ensemble gothique noir et blanc, confectionnait par moi-même. Il faut dire que là, la tenue que je porte a été faîtes par ma douce Tora'.


"J'ai cru attendre."

Je lève les yeux au ciel et lui sourit...il est temps d'aller faire la fête !

"Allons-y. Au passage, comment on s'inscrit pour leur "défilé" ?
- Oh...c'est simple. Il suffit de se faire connaître auprès du DJ. C'est elle qui annonce les candidates, et qui s'occupe de la musique, et des éclairages, pour l'occaz' il paraît."


Et nous voilà entrer...il faut dire, cependant, qu'il n'est que 23h00...hum...la musique est bonne, agréable.
Rapidement, Fu'chan et moi prenons un verre. Nous savons que le concours de Miss ne débute que à Minuit, aussi, en profitais-je pour me glisser pas très loin des platines, dévorant du regard la DJ...sulfureuse, je dois dire. A croquer.
D'une démarche qui peut paraître féline, je me rend prés de cette dernière et dit alors :


"Bonsoir Miss...C'est bien auprès de vous qu'on doit voir, pour l'élection ?"

Fu'chan ? J'ignore où elle est partie celle là. Probablement en train de draguer, que sais-je ?


[HRPG : Si quoique que se soit dérange, fait-le moi savoir ! Surtout l'histoire de soirée "Miss" ! Je ferais les modifs' sans tarder ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]   Sam 19 Fév - 18:38

Voilà quelques années que j'étais arrivée à Tokyo. En fait... Non. Un an seulement. Depuis que j'étais majeure, en outre. Mes origines latinos-japonaises me valaient beaucoup de regards, puisque je ressemblais beaucoup plus à une espagnole qu'à une Japonaise. Plutôt grande et mince, mes longs cheveux ondulaient contre mon dos et étaient bruns. Mes yeux, quant à eux... Etaient aussi bleus que la mer, lors d'une nuit d'orage. Entre vous et moi... Je ne sais pas comment j'ai fais pour les avoir, puisque mes parents avaient les yeux marrons tous les deux. Les mystères de la génétique... Enfin, ça m'importait peu. Le seul élément important était que j'étais divinement belle, sans vouloir me vanter, bien entendu. Disons que j'avais beaucoup de succès, que ce soit auprès des femmes comme des hommes. Ce qui tombait à pic, puisque je m'intéressais aux deux ! Et pour en rajouter un peu plus, je ne faisais rien pour paraître discrète, adorant porter des robes moulantes et très courtes au décolté échancré. Et beaucoup de cuir ! J'étais du genre "bad girl", si vous voyez ce que je veux dire. Pourtant, l'indifférence et la froideur qu'ils utilisaient n'étaient pas mes méthodes, pour ramener quelqu'un chez moi. M'enfin, chaque personne est différente, de toute façon, n'est-ce pas ? Ma vie n'avait pas été très intéressante, jusqu'ici... Et je faisais tout ce que je pouvais pour qu'elle le devienne. Je ne connaissais pas ma mère biologique mais je m'en fichais. Je lui en étais simplement reconnaissante de m'avoir doté d'un physique pareil. Car ne vous attendez pas à ce que j'ai hérité d'un seul trait de la part de mon père. Oh, je l'aime beaucoup, ne vous y trompez pas, juste qu'il est... Tellement banal... Entre nous, je me demande ce qui lui a plût, chez Adriana. Ma mère biologique, hein. M'enfin, c'était plutôt logique que Takahiro, mon père, ne me plaise pas. Je veux dire... Vous connaissez quelqu'un qui s'est déjà dit "Waw, je me ferais bien mon père" ?! Ce n'était pas mon cas. Et puis, élever un enfant "seul" - bien qu'il eut été aidé par Nana-san, ma nourrice - avait de quoi rendre moins séduisant... Le bide que ma mère avait eu en m'attendant, lui l'avait attrapé en m'élevant. Enfin, j'exagère un peu.

Bref, la journée commençait d'une façon banale. J'étais DJ à la Boîte de Nuit Wakuwaku, et... Comme son nom l'indique, un boîte de nuit ne tourne que la nuit. C'est pourquoi je m'ennuyais la journée. Reprenais le sommeil que j'avais perdu. Mes horaires ? A peu près 22-23h jusqu'à 2 ou 3h du matin, quelques fois plus. Rares étaient les personnes qui pouvaient s'autoriser à faire une nuit blanche dans ce genre d'endroit en semaine. Et je travaillais rarement le week-end, heureusement pour moi ! Malheureusement... Nous étions en semaine. Il était d'ailleurs présentement 14h. J'avais dormi une dizaine d'heures et ne savais pas quoi faire jusqu'à ce soir. C'est à ce moment là que mon cellulaire se mit à sonner. Je décrochais, agacée, en voyant s'afficher le numéro de ma patronne. Je ne travaillais pas encore, pourquoi fallait-il qu'elle me harcèle pour le moment ?! Oui, je devais l'avouer : Je plaisais beaucoup à cette demoiselle, mais je tenais à garder une distance entre travail et vie privée. Oh, pas qu'elle ne m'attire pas, au contraire même, mais... Je ne pouvais pas. J'avais déjà essayé, lorsque j'étais encore mineure et que je faisais quelques petits jobs, et ça n'avait mené à rien de bon à chaque fois. D'autant que j'avais le chic pour attirer l'attention de mes patrons, et n'aimant pas se faire larguer, ils me viraient. Pas cool, en somme. Bref, revenons-en à ma patronne du moment, voulez-vous. Elle m'informa qu'un concours de "Miss" avait lieu ce soir et qu'il serait de ma fonction de déterminer la beauté de chacune des concurentes pour leur autoriser ou non à participer. Chouette, en plus d'être DJ, j'allais faire recruteuse... Soupirant, je ne pouvais pas refuser, c'est pourquoi je demandais l'heure à laquelle ça commençait, et moi avec. La jeune femme m'informa qu'il me faudrait être présente un peu avant 23h, pour m'occuper de la sono, et que le "jeu" débuterait à minuit. Raccrochant quelques secondes plus tard, je fourrais mon téléphone rageusement dans l'une des poches de mon sac à main. Il fallait vraiment qu'ellle trouve toujours des moyens pour me rendre la vie difficile, hein... M'enfin, tant qu'elle ne me virait pas, j'étais prête à endurer presque n'importe quoi.

Me baladant dans les alentours de Shibuya, je flânais ça et là pour regarder les magasins, pas très intéressée. Pendant toute l'après-midi, je comptais au moins une dizaine d'hommes qui avaient essayé d'avoir mon numéro, ainsi qu'une petite poignée de femmes à me draguer en me murmurant quelques petites phrases aguicheuses à l'oreille. Je ne pris que deux ou trois numéros qui m'intéressaient réellement. Pourquoi pas une autre fois... Mais pour le moment, je n'avais vraiment pas la tête à m'embêter avec la "populace". Je m'estimais bien supérieure à eux. Le succès que j'avais le prouvait, d'ailleurs... Et puis j'aimais les Japonais, mais pas autant que les étrangers. Ou les personnes qui, comme moi, avaient des origines Japonaises et autres. Enfin, il fallait avouer que les japonaises étaient... Franchement à croquer. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais depuis que j'étais arrivée à Tokyo... Je voyais plus de filles mignonnes que de garçons. Comme si elles s'étaient toutes rassemblées dans cette grande ville. J'étais, en temps normal, un peu plus attiré par les hommes mais... Il fallait croire que cela avait changé. Bref, pour en revenir à mon après-midi... Je passais par le centre commercial, m'achetant un café moccaccino ainsi qu'un cookie dans un "starbuck" ou un truc du genre. Je les engloutissais rapidement afin de retourner à mon shopping le plus vite possible, m'essuyant délicatement les lèvres ainsi que les mains avec un essuie-tout jetable que je balançais sans un coup d'oeil dans la poubelle. J'étais assez précise, et la cible atteignit son but. Me lèchant les lèvres sans aucune sensualité - du moins, je ne crois pas -, je retournais à l'assaut du moindre bout de tissu qui aurait le chic de me plaire. J'entrais dans toutes les boutiques chez qui j'allais souvent, et même dans celles où je n'allais jamais. Qui sait, peut-être que pour une fois, ils ne vendraient pas des chiffons... Lorsque je ressortis de l'une de ces boutiques, je soupirais. En fait, si. Pourtant, à la fin de cette après-midi, je retournais chez moi - en moto, il va de soit - avec une dizaine d'articles, dont seulement la moitié étaient en cuir. Enfin, les autres étaient beaux et classes quand même !

Je retournais donc à mon loft, déposant mes achats sur les canapés écrus, me laissant tomber dans l'un d'eux quelques secondes plus tard. J'étais vidée, mon compte en banque... Aussi, mais ça m'avait fait du bien. J'étais relaxée... Zen... Et tous les synonymes qui vont avec ! Me relevant ensuite, j'allais jusqu'à la cuisine pour me servir un jus de fruit avec une tartine de beurre. Il fallait que je recharge mes batteries ou je ne tiendrai pas de la soirée... Il était 18h et j'avais encore quelques heures à tuer avant de bosser. Retournant dans le séjour, je m'emparais de mes achats pour monter en courant dans les escaliers et sauter sur mon lit, me vautrant dans les draps fraîchement lavés. Hésitant quelques instants, je décidais de m'accorder une sieste mais pas sans avoir au préalable réglé mon réveil pour être... Révéillée (ça va de soit) à 21h. Je n'habitais pas loin de la boîte de nuit donc je pouvais me le permettre, non ? Si. Bien sûr que si. Les heures passèrent et je me réveillais aux alentours de 20h30, un peu avant que mon réveil ne sonne. Enfin, une demi-heure avant... J'enlevais ce dernier puis me déshabillais rapidement pour filer dans un bon bain chaud. Je n'y restais qu'une demi-heure avant d'en sortir, serviette éponge blanche autour du corps pour fouiller dans mes sacs. J'en sortis une toute nouvelle robe en cuir qui ne cachait pas l'un de mes deux tatouages ainsi qu'une paire d'escarpins et, dans un autre, une veste en fausse fourrure blanche. Il était rare que je porte cette "couleur" qui n'en était pas une, mais... J'étais certaine que ça me rendrait parfaite. Enfin, encore plus, j'entends. Une fois parée, je me rendis une nouvelle fois dans ma cuisine pour avaler un morceau avant d'attraper mon sac à main où je glissais mon téléphone et mes clés, lorsque je sortis de mon loft. Il était à présent 21h30 ou 22h. J'allais être en avance... Et je ne pouvais pas prendre ma moto, puisqu'une robe était "déplacée" sur ce genre d'engin. Bon, plus qu'à y aller à pied. Heureusement pour moi, il ne faisait pas froid. Pourtant, je resserrais quand même ma veste autour de moi afin de ne pas donner des envies macabres aux hommes que je croisais.

J'arrivais enfin à la boîte, non sans une légère douleur aux pieds. Mes escarpins étaient jolis mais... Les talons étaient douloureux ! En même temps, je n'avais pas prévu de marcher beaucoup avec. C'était juste pour être élégante... M'enfin, la prochaine fois, je penserai à ces deux possibilités. Pas sûre que ça existe, cela dit. Bref, je saluais les personnes que je connaissais, croisais le regard de ma patronne qui avançais vers moi tout en continuant mon chemin. Je vous avouerai qu'à cet instant, je priais presque pour qu'elle change de direction, se casse la cheville, se tue... Tout pourvu qu'elle ne vienne pas me parler. Sauf qu'au moment où je me débarrassais de ma veste pour m'asseoir à mon "poste" et que je m'apprêtais à mettre le casque qui allais bien, elle vint me dire deux mots. Dans le genre "Je te drague en faisant genre que c'est pour le boulot". Au bout de quelques minutes et devant mon manque d'intérêt, elle me laissa enfin seule. Je soupirais de soulagement avant de toucher aux platines. Dans le micro qui m'était destiné, je fis mon speach habituel pour dire que j'étais là, dans le genre "Bonsoir, Ayame Nanami au micro ! Ce soir, je vais vous faire bouger comme jamais !". Enfin, vous voyez à peu près. L'heure passa rapidement, mais pas assez pour qu'il soit minuit. J'étais pressée d'oublier ce "concours de miss". Je ne savais même pas ce que je devais faire ! Soupirant, je remarquais un peu tardivement la jeune femme qui s'était approché de moi. En fait, je ne me rendis compte de sa présence qu'au moment où elle me parla. J'hôchais la tête avant de la détailler rapidement. Franchement mignonne, la miss... Je l'aurais bien ramenée chez moi pour faire plus "ample connaissance"... Ses yeux bleus m'intriguaient, puisqu'elle avait l'air indéniablement japonaise. En tout cas, elle avait des atouts que personne ne pouvait ignorer. Etant dans cette boîte, je me doutais quelque peu que j'avais mes chances. Ce n'était réservé qu'aux femmes, c'est pourquoi on y allait rarement si l'on était intéressé seulement par les hommes...


- "En effet, c'est moi." Je lui souris, passant une main dans mes cheveux. "Je vous préviens d'avance, c'est déloyal pour les autres si je vous inscris..." Je poussais un faux soupir, ne réussissant pas à être sérieuse longtemps avant qu'un sourire ne se dessine sur mes lèvres. "Je vous inscris, ou est-ce pour quelqu'un d'autre ?" J'ajoutais, dans un murmure : "Entre vous et moi... Si je vous inscris, je ne doute pas que vous gagniez..."

[HS - Pour la robe, sans le rouge . Et ton RP était très bien ;). Oh et j'ai fais long là, mais j'ai du mal à en faire autant en temps normal ^^'. - HS]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]   Ven 25 Fév - 22:48

Hum...Cette beauté me rappelle celle de quelques mannequins métissée. Je dois vous avouer que je trouve cette Disque Jockey des plus à mon goût.
Alors que je l'avais approché dans le cadre du "travail", sa réponse me donna l'immense envi de "jouer".
Un petit mouvement de sa part, cette main qui voyagea dans sa chevelure brune. Hum...à croquer. Ses paroles aussi, sont intéressantes. Cette fille sait comment flatter l'égo d'une personne, à n'en pas douter.


"Je crains être présente pour détrôner et éclipser toutes autres femmes...En cela, je peux peut-être me qualifier de déloyal, en effet." répondis-je, en rigolant légèrement.

Mais, le travail est de mise...et j'apprécie le professionnalisme dont la miss fait preuve.
A sa question, je me met légèrement sur le côté de façon à repérer ma chère sœur. Fuhen est au niveau du bar, en train de faire du charme à une jeune femme d'une beauté banale, loin de valoir celle de cette...hum...métis ? Probablement l'est-elle, tout comme Fuhen et moi. Après tout, ma sœur et moi-même nous sommes fière des originaires chinoises de maman.


"En réalité, je suis venue dans l'objectif de m'inscrire, ainsi que la jeune fille que vous pouvez voir au bar. Sa tenue est de style goth'..."

Je marque une pause, et me retourne à nouveau vers la DJ, et répond avec un sourire :

"Je vous remercie de tant de compliments...mais il est dommage qu'une femme telle que vous ne puisse participer. Votre beauté est digne de rivalité, à n'en pas douter."

Puis, je me souviens...Je n'ai pas dit sous quel nom Fu'chan et moi-même participons. Ou plutôt, qui il faut annoncer.

"Oh, pour le défilé. Je serais Yume du Dreamed Dress, et la jeune femme là-bas se nomme Fuhen. Elle aussi du Dreamed. Pour être franche avec vous, ma sœur et moi-même participons dans le but de promouvoir notre magasin...comme vous l'avez dit, notre participation n'est pas très loyale."

Je rigole légèrement en disant cela...mais bon, ainsi, je glisse le pourquoi de ma présence, comme quoi je "travaille" moi aussi...d'une certaine façon. Et surtout, je spécifie ma relation avec Fu'chan, de façon à ne pas glisser de quiproquo. Certaines damoiselles ont parfois pensé que j'étais en couple avec Fu'chan, et impossible de leur mettre le grappin dessus en raison de cela. Depuis lors, je spécifie toujours mon lien avec la miss quant on sort ensemble en soirée...les habitudes ont la vie dure : que voulez-vous ?



[HRPG : Désolée, c'est court...^^' Si je dois modifier quoique se soit...n'hésites pas à me le dire !! ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une soirée entre femmes ? [Demi-Lune]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée entre célibataire [Lily]
» Seigneurie de Tassin la Demi Lune
» Katana dégainer : coup en demi lune
» Soirée entre filles pas comme les autres... | Lyann
» Murder Party n°4 : une soirée entre personnes de bonne compagnie règles et contexte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Opus Luna ::  :: RP Abandonnés-
Sauter vers:  
Votez pour nous !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit